A Chamrousse, des manifestants menacent de créer une Zad à 2.400 m d'altitude

  • A
  • A
Partagez sur :

Les manifestants s'opposent au projet d’extension du domaine skiable de la station de Chamrousse. Elle entraînerait des travaux importants.

Après plus de trois heures de ski de randonnée pour rejoindre le sommet de la montagne, entre 300 et 400 personnes étaient présentes à Chamrousse dimanche pour défendre la montagne des Vans. En cause, la volonté de la station d'étendre son domaine skiable sur une zone préservée. A 2.400 mètres d'altitude, ils ont donc choisi de dessiner un cœur géant tandis qu'en face sur un autre sommet, une centaine de manifestants étaient aussi présents.

Une "hérésie". "C'est une hérésie d'étendre le domaine skiable", défend Marc, farouchement opposé à ce projet d'extension. "Je ne suis pas pour la suppression des stations de ski, mais je pense qu'il y a des limites raisonnables à accepter et là je pense que ce n'est pas acceptable", poursuit-il. De son côté, Maxime, un jeune grenoblois, est lui aussi opposé au projet : "ça fait parti des cours de ski de randonné de débutant. C'est à deux pas de Grenoble, ce n'est pas très long et pas très pentu, c'est parfait pour débuter", souligne-t-il.

De lourds travaux. Sur place, une vingtaine d'associations se mobilisent contre cette extension qui nécessiterait de gros travaux sur la montagne et pourrait défigurer le paysage. "Vous avez obligatoirement d'énormes terrassements, plusieurs verrous à faire passer, ce qui veut dire dynamite, explosion et lames de bulldozers avant que le moindre skieur alpin ou la moindre dameuse puisse passer", explique Vincent Neirinck de l'association Mountain Wilderness. "A partir de là, ça ne nous va pas", conclut-il.

Les opposants espèrent désormais que la mairie renoncera d'elle-même à ce projet. Dans le cas contraire, ils sont prêt à créer une ZAD (Zone à défendre, sur le modèle de celle de l'aéroport de Notre-Dame des Landes) pour éviter que les travaux ne se fassent.