Cet agriculteur accueille une ZAD sur ses terres

  • A
  • A
Cet agriculteur accueille une ZAD sur ses terres
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’INSURRECTION QUI MONTE - Pour s’opposer au projet de Technopole Agen-Garonne, un paysan à la retraite a décidé d’accueillir des zadistes sur son champ. 

C’est l’histoire d’un agriculteur à la retraite qui refuse d’abdiquer. Depuis plusieurs années, Joseph Bonotto se bat contre le projet de Technopole Agen-Garonne (TAG), destiné à exploiter la proximité de la future ligne à grande vitesse (LGV) entre Toulouse et Bordeaux, elle aussi extrêmement contestée. Depuis le week-end dernier, il a trouvé une solution pour organiser sa lutte : accueillir une ZAD en toute légalité sur ses terres.

Des terres rachetées… à moins de 3 euros le  mètre carré. Pour récupérer les 12 hectares de cet ancien paysan de 66 ans, jugés gênants car situés sur le tracé du futur Technopole Agen-Garonne, l’Agglomération d’Agen lui a proposé de les lui racheter… à moins de 3 euros le mètre carré. Pour mieux lutter, Joseph Bonotto a commencé à chercher des soutiens sur le net. "Je suis allé sur des réseaux et j’ai vu des gens qui parlaient de cette filière paysanne, de terres de liens, c’était un concept comme le bio il y a 30 ans", raconte-t-il à Europe 1. "Du coup, j’ai demandé à des personnes de soutenir mon combat pour essayer d’arrêter le bétonnage".

>> LIRE AUSSI - Jusqu'où peut aller le mouvement des 'zadistes' ? 

"Il peut y avoir 500 zadistes ici, ils ne me gêneront pas". Une vingtaine de militants se sont donc installés le week-end dernier dans des tipis et une grange mise à leur disposition par cet ancien agriculteur. "Ces personnes aujourd’hui ne sont pas en défaut puisqu’ils sont chez moi, sur une propriété privée. Il peut y avoir 500 zadistes ici, ils ne me gêneront pas", lance Joseph Bonotto. "Si les autorités ne comprennent pas ce message là, c’est qu’elles ne veulent pas comprendre et qu’elles veulent passer en force".

Une-ZAD-1280x640

© Une vingtaine de zadistes se sont installés sur les terres de Joseph Bonotto depuis le week-end dernier.

"Très motivés pour construire cette ZAD". Soutenus par la Confédération paysanne et des élus locaux d'Europe-Ecologie-Les Verts, ces militants sont bien décidés à rester sur ce champ malgré le froid hivernal comme l’explique Laurent*. "Il a demandé de l’aide. Les gens qui se sentaient concernés sont venus. On est en train d’installer de quoi dormir, accueillir des gens. On se bouge beaucoup. On est bien motivés pour  bien construire cette ZAD", prévient ce jeune militant.

>> VOIR AUSSI - La carte de France des ZAD

Des militants "manipulés" selon le maire d’Agen. Le maire UDI et président de l'agglomération d'Agen, Jean Dionis du Séjour, estime de son côté que les "zadistes" se faisaient manipuler par l'agriculteur propriétaire du terrain. "Joseph Bonotto est un lotisseur, c'est quelqu'un qui achète ou possède du foncier et qui fait des lotissements", estime le maire d’Agen. "Il est en négociations avec nous depuis un moment et il nous dit ‘ces 12 hectares laissez-les moi, je vais les lotir moi-même’. Son projet n'est certainement pas de faire 12 hectares de maraîchage de plus". Et de conclure : "il n'est pas satisfait des conditions qu'on lui propose pour racheter ses terres, c'est son droit. Mais dans ce cas-là il peut se tourner vers la justice".

* Le prénom a été changé pour des raisons d'anonymat