Centre de déradicalisation : vif débat dans la commune choisie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'ouverture possible du premier centre de déradicalisation près de la centrale nucléaire de Chinon suscite de vives réactions des habitants effrayés.

Ce serait le premier centre de déradicalisation. Situé près de la centrale nucléaire de Chinon, le lieu qui accueillait jusqu'à maintenant des mineurs étrangers isolés pourrait héberger partir du mois de juin, une trentaine de jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans en cours de radicalisation. Ils suivraient alors un parcours de désendoctrinement et d’insertion professionnelle pendant dix mois.

"Ils n'ont pas fait de bêtises". "Ils n'ont pas fait de bêtises jusqu'à maintenant et ce sont des gens volontaires pour suivre une formation", explique le maire de Beaumont-en-Véron, Bernard Chateau, la commune sur laquelle est implanté le bâtiment. "Ils ont pu avoir accès à ce que l'on sait via les réseaux sociaux, mais pour autant ils n'ont pas envie de basculer dans la radicalisation, n'allons pas effrayer la population", précise-t-il. 

Peur des habitants. Les jeunes présents devraient porter un uniforme et participer chaque semaine à la cérémonie du salut au drapeau tricolore, mais le lieu ne sera cependant pas fermé, ce qui inquiète les 3.000 habitants de la commune. L'une d'entre eux le dit sans détour : "bien sûr que ça fait peur à la population, tout le monde a peur, tout le monde se pose plein de questions", explique-t-elle. "Allons-nous avoir un encadrement correct pour ces personnes ? On en vient à se demander si ce n'est pas l'armée elle-même qui doit gérer ce genre de personnes", poursuit-elle. "Surveillance jour et nuit, mais avec les moyens de communication qui existent, on se pose pleins de questions. Hier Paris, demain peut-être nous... Evidemment qu'on a peur, on est obligés d'avoir peur", conclut-elle.

A l'issue des dix mois de stage, les jeunes se verraient proposer un stage en entreprise pour achever leur réinsertion. Dans les jours à venir, le préfet chargé de l'ouverture de ces centres va donc devoir convaincre les élus concernés par la mise en place du centre.