Attentats du 13-Novembre : "On commence à mesurer l'impact de ce traumatisme sur notre quotidien"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Deux ans jour pour jour après les attentats du 13-Novembre, Caroline Langlade, rescapée du Bataclan, revient sur Europe 1 sur la nuit de terreur et sur la difficulté de se reconstruire. 

INTERVIEW

Le 13 novembre 2015, la France a été frappée par les pires attaques terroristes de son histoire. Neuf tueurs ont fait 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, aux terrasses de plusieurs bars et restaurants, près du Stade de France et au Bataclan. Caroline Langlade était présente dans la salle de concert ce soir-là. Elle est sortie vivante mais reste, deux ans plus tard, profondément marquée par cette nuit de terreur. "Bizarrement la date du 1er anniversaire a été moins douloureuse, comme si l'on venait de passer l'année dans un tunnel émotionnel dans lequel on ne ressentait plus", confie-t-elle lundi au micro de Raphaëlle Duchemin dans Europe 1 Bonjour. "Là, cette deuxième année, on voit le temps qui passe et on commence à mesurer l'impact de ce traumatisme sur notre vie au quotidien".

"J'ai découvert une facette de moi". Cette soirée du 13 novembre, elle s'en souvient dans les moindres détails. Elle a choisi de la raconter dans un livre, Sortie de secours, publié le 2 novembre aux éditions Robert Laffont. "Ce soir-là, très bizarrement, la façon de réagir mon cerveau a été d'intégrer l'ensemble des informations comme des données pour les transmettre après aux forces de l'ordre et leur permettre d'intervenir assez rapidement", explique-t-elle. "On se rend compte que face à la terreur, on ne sait pas comment on va réagir. Et j'ai découvert une facette de moi que je ne connaissais pas."

"Ce besoin de faire rayonner l'humain". Dans son ouvrage, elle détaille notamment les heures passées enfermée avec des inconnus. Ceux qui se mettent torse nu, et la soif aussi. "C'est là qu'a commencé tout 'l’après', ce besoin d'être ensemble en permanence. Ce soir-là, on a formé un seul tout, c'était un peu notre façon de résister. Chacun prenait soin les uns des autres. J'ai vu des gens sauver leur vie pour des inconnus, d'autres prendre soins de personnes à côté d'eux parce qu'il y avait ce besoin de faire rayonner l'humain."

Aujourd'hui, elle reconnait qu'il reste encore beaucoup à faire pour soigner les blessures post-traumatiques des rescapés, et notamment les siennes. "Il y a plein de choses à perfectionner. Moi, j'ai mis de coté ce combat car on a géré l'urgence (avec l'association Life for Paris à laquelle elle avait adhéré peu après les attaques). On s'est attelé à soigner des gens qui étaient dans un état de fatigue, de désespoir, de désarroi total."