Calais : 14 identitaires interpellés après une manifestation non déclarée

  • A
  • A
Calais : 14 identitaires interpellés après une manifestation non déclarée
@ AFP
Partagez sur :

"Ils portent des banderoles, ont enflammé quelques pneus et ont des fumigènes", avait indiqué le directeur de cabinet de la préfète samedi matin.  

Quatre-vingt militants du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire, opposés à la présence des migrants, ont manifesté samedi matin dans deux rues de Calais. Une manifestation qui n'a pas été déclarée, a-t-on appris auprès de la préfecture du Pas-de-Calais. Les manifestants ont été dispersés vers 9h. Et 14 d'entre-eux ont été interpellés selon une source à la préfecture. 

Déploiement de policiers en cours. "Ils portent des banderoles, ont enflammé quelques pneus et ont des fumigènes", avait indiqué samedi matin à l'AFP le directeur de cabinet de la préfète Fabienne Buccio, Etienne Desplanques, ajoutant qu'un "déploiement de policiers est en cours pour intervenir face à cette manifestation qui n'a pas fait l'objet de demande préalable".



Plusieurs groupes de jeunes étaient assis à même le sol, certains portant des banderoles "No Way" ("On ne passe pas") et "Go Home" ("Rentrez chez vous"), et des CRS encerclant l'un des groupes. Selon un communiqué de Génération identitaire, les manifestants étaient au nombre de 130 jeunes et ont pris le contrôle de "trois ponts permettant l'accès des migrants à la ville de Calais".



Cinq hommes mis en examen vendredi. "Agressions contre les forces de l'ordre, contre des automobilistes et des chauffeurs routiers, émeutes en ville, désagrégation totale du tissu social et économique - voilà ce qu'est devenu le quotidien de la ville martyre, avec une terrible accélération ces dernières semaines", revendiquait le groupuscule dans son communiqué.

A l'inverse, plusieurs associations ont dénoncé depuis plusieurs semaines une recrudescence des agressions contre migrants. Vendredi, cinq hommes soupçonnés d'avoir agressé des migrants à Calais en se faisant passer pour des policiers ont été mis en examen des chefs de "vol avec armes" et "transport d'armes de catégorie D".