Calais : heurts entre la police et des migrants sur le parking d'une station-service

  • A
  • A
Calais : heurts entre la police et des migrants sur le parking d'une station-service
Les migrants ont tenté de monter à bord de camions.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Une trentaine de migrants ont tenté de s'introduire dans des camions dans le nuit à Calais, forçant la police à intervenir pour les disperser.

Pour la première fois depuis le démantèlement total de la "Jungle" de Calais achevé début novembre, quelques heurts sans gravité ont opposé dans la nuit de jeudi à vendredi la police à une trentaine de migrants, sur le parking d'une station-service de la ville, a appris l'AFP de sources concordantes. "Les forces de l'ordre sont intervenues sur le parking d'une station-service" de la zone industrielle Marcel Doret au sud-est de Calais, "pour 30 migrants qui tentaient de s'introduire dans des camions", a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais confirmant des informations obtenues de sources locales

Les migrants alcoolisés et agressifs. "Les policiers sont parvenus à disperser les migrants dans un premier temps, mais se sont faits caillasser par la suite", avait relaté un peu plus tôt un syndicaliste de la police. Selon la préfecture, "les migrants étaient alcoolisés et agressifs, ils ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre", ce qui a conduit la brigade canine à intervenir "avec des chiens tenus en laisse afin de disperser les migrants". Il n'y a pas eu de blessé ni de dégâts sur les véhicules, a t-on précisé de même source.

Au moins une centaine de migrants dans la ville. Il s'agit du premier événement de ce type depuis le démantèlement total de la "Jungle" de Calais à l'automne dernier. Dans les rues de la cité portuaire, les petits groupes de migrants, peu visibles depuis des semaines en raison de la forte présence policière, se font désormais de moins en moins rares. D'après la préfecture, ils seraient entre "100 et 150", et selon l'association de L'auberge des Migrants entre "200 et 400". Aucun squat ni mini-camp n'a toutefois été repéré dans les environs. La préfecture du Pas-de-Calais avait annoncé jeudi avoir décidé de fermer ou restreindre l'accès à quatre aires de stationnement en raison de "la problématique migratoire".