Burkini : qui est Rachid Nekkaz, l'homme qui paye les amendes des femmes verbalisées ?

  • A
  • A
Burkini : qui est Rachid Nekkaz, l'homme qui paye les amendes des femmes verbalisées ?
Rachid Nekkaz accompagné d'une jeune femme verbalisée pour port d'un niqab en décembre 2011@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

L'homme d'affaires Rachid Nekkaz a déclaré sur Europe1 qu'il s'engageait à payer toutes les amendes des femmes verbalisées pour port du burkini.

"J’ai déjà reçu la première amende d’une jeune femme qui avait été verbalisée à Cannes et que je vais payer dès demain. Je me fais un plaisir d’enrichir le trésor public de ces communes", a déclaré Rachid Nekkaz à Europe1, jeudi 18 août. Ce spécialiste de l'immobilier qui se qualifie lui-même de "musulman laïc" s'est engagé à régler les amendes des femmes verbalisées pour le port du burkini. Ce vêtement de bain qui couvre tout le corps fait l'objet de vives polémiques depuis depuis plusieurs jours. Plusieurs communes l'ont d'ailleurs interdit sur leurs plages. Mais qui est cet homme qui s'érige en défenseur des libertés ? Éléments de portrait.


Rachid Nekkaz déclare qu'il va payer les...par Europe1fr

D'où vient Rachid Nekkaz ? Il est né en 1972 dans un quartier défavorisé de Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, de parents immigrés algériens et analphabètes. Ce fils prodige issu d'une fratrie de 12 enfants fait des études d'histoire et de philosophie à La Sorbonne. A la fin des années 90, il lance sa start-up d'informatique qu'il revend en 2000. Il réinvestit ces fonds dans l'immobilier. Soupçonné d'être un marchand de sommeil, Rachid Nekkaz jouit néanmoins d'une fortune confortable. C'est d'ailleurs ce qui lui a permis de créer un fond de "défense de la liberté et de la laïcité" qu'il dote d'un million d'euros à la suite de la loi d'octobre 2010 interdisant "une tenue destinée à la dissimulation du visage dans un espace public".

Un abonné aux coups d'éclat médiatiques. Rachid Nekkaz s'érige alors en défenseur du niqab. Ce voile intégral cachant le visage des femmes à l'exception des yeux est le premier vêtement visé par la loi. Toute femme contrevenant à la législation peut être verbalisée. Le jeune millionnaire s'engage alors à régler le montant des amendes à la place des femmes qui en ont écopé. "Je suis un musulman laïc, opposé au niqab. Ce que je défends, c’est la liberté pour les femmes de le porter ou non", déclare-t-il à plusieurs reprises selon Rue89. Mardi dernier, il a affirmé à Nice-Matin avoir déjà dépensé plus de 230.000€ depuis 2010. 

Il fait de nouveau parler de lui en 2013 lorsqu'un 14 juillet, il a rendu son passeport français aux autorités devant des journalistes convoqués pour l'occasion. A partir de ce moment, il ne porte plus que la nationalité algérienne. Une procédure qui lui aurait permis de se présenter aux élections présidentielles de son pays d'origine, mais sans succès rappelle Le Monde. Un échec qui rappelle celui de 2007 où il avait déjà tenté de se présenter à l'élection française.

Pourquoi revient-il sur le devant de la scène ? Dans le contexte du débat autour de l'interdiction du burkini, Rachid Nekkaz a ressorti sa casquette de défenseur des libertés. "Je ne crois pas que le burkini soit la meilleure façon de s’intégrer dans la société européenne, a t-il déclaré sur Europe 1. Néanmoins [...] il ne couvre pas le visage, contrairement au niqab. Il faut arrêter de discriminer ces femmes qui sont pacifiques et qui ne représentent ni un danger pour la sécurité du territoire ni un danger pour la liberté d’autrui." Mais avec une interdiction qui concerne seulement quelques villes des Alpes-Maritimes, Rachid Nekkaz ne devrait pas recevoir beaucoup d'amendes.