Bonbonnes de gaz près de Notre-Dame : ce que l'on sait des suspectes

  • A
  • A
Partagez sur :

Les trois femmes interpellées jeudi soir en Essonne préparaient "vraisemblablement" des "actions violentes" et "imminentes". Elles gravitent dans la mouvance islamiste.

L'ENQUÊTE DU 8H

Trois femmes ont été interpellées jeudi soir dans l'Essonne, au cours d'une opération antiterroriste liée à la découverte de bombonnes de gaz dans une voiture aux abords de Notre-Dame de Paris le week-end dernier. Selon les déclarations du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, elles préparaient "vraisemblablement" des "actions violentes" et "imminentes".

Un commando de femmes, une première. La plus jeune, la fille du propriétaire de la voiture, fichée S, est âgée de 19 ans, la plus âgée a 39 ans. Les autres jeunes femmes du groupe ont 23, 26 et 29 ans et l'une d'entre elles est proche d'Hayat Boumeddiene, la compagne d'Amédy Coulibaly, qui a fui en Syrie quelques jours avant l'attentat contre Charlie Hebdo. Toutes gravitent dans la mouvance islamiste.

Terrorisme low-cost mais vraie radicalisation. Les personnalités sont dures et terriblement convaincues. Il s'agit d'un terrorisme low-cost, amateur mais dont il faut toutefois redouter la détermination. Car si l'objectif initial du commando a échoué, pas question pour ces femmes de rester sur un échec qui serait, pour elles, humiliant. Sans autre soutien logistique et déterminées, elles se sont armées de couteaux lorsque les forces de l'ordre sont venues les interpeller.

Un groupe uniquement composé de femmes n'est plus vraiment une surprise pour les magistrats et les policiers qui voient depuis plusieurs mois le nombre de jeunes filles radicalisées, mineures notamment, augmenter.

Un attentat prévu à la Gare de Lyon. Ces trois jeunes femmes voulaient commettre un attentat gare de Lyon, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête. "Elles voulaient commettre un attentat gare de Lyon jeudi", a dit cette source, précisant que l'ensemble des gares parisiennes et celle de Boussy-Saint-Antoine avaient été placées sous alerte.