Bientôt un délit d'"apologie de l'anorexie" ?

  • A
  • A
Bientôt un délit d'"apologie de l'anorexie" ?
@ Capture d'écran sur Twitter
Partagez sur :

Dénonçant les sites valorisant la maigreur excessive, un député PS dépose ce lundi un amendement visant à lutter contre "l'apologie de l'anorexie".

L'info. Alors que le thigh-gap, espace entre des cuisses ne se touchant pas, est depuis quelque temps la nouvelle obsession minceur, le député PS Olivier Véran souhaite créer un "délit de valorisation de maigreur excessive". Rapporteur du volet promotion et prévention de la loi Santé, cet élu de l'Isère dépose lundi, à l'Assemblée nationale, un amendement au projet de loi de Marisol Touraine, interdisant l'apologie de l'anorexie. 

Un délit de "valorisation de maigreur excessive".  L'amendement, déposé conjointement avec la délégation aux droits des femmes, créerait un "délit de valorisation de maigreur excessive" et viserait notamment à interdire les sites internet qui font "l'apologie de l'anorexie". "Il est intolérable que l'on puisse faire l'apologie de la dénutrition et que l'on puisse exploiter commercialement des personnes qui sont dans des situations mettant en danger leur santé", a indiqué Olivier Véran, qui déposera également un amendement interdisant le recours aux mannequins trop maigres, diagnostiqués en état de dénutrition.

Un amendement soutenu par la ministre. Marisol Touraine, interrogée sur BFMTV a déclaré qu'elle allait soutenir l'initiative, ajoutant toutefois qu'elle n'avait pas encore "examiné" ou "expertisé" les textes des deux amendements. "Je trouve que quand on est mannequin on doit s'alimenter et prendre soin de sa santé. C'est un message important en direction des jeunes femmes, des jeunes filles qui voient en ces mannequins des modèles esthétiques" a déclaré la ministre de la Santé. 

Les sites "pro-ana" dans le collimateur. Avec cet amendement, l'élu socialiste vise justement ceux qui diffusent et mettent en valeur la maigreur excessive comme critère esthétique. Particulièrement, les sites ou blogs "pro-ana", pour pro – anorexique, sur lesquels les personnes atteinte de cette maladie échangent des conseils.



"Ces sites expliquent aux jeunes filles de 12-13 ans qu'il faut avoir un écart de 15 centimètres entre les jambes pour être belle", a précisé le député.

Ce neurologue au CHU de Grenoble estime qu'en France, "entre 30.000 et 40.000 personnes" souffrent d'anorexie mentale. Et dans 90% des cas, ce sont des adolescents. " L'impact social de cette image que véhicule la mode, où des femmes doivent être maigres à un niveau pathologique pour être belles et défiler, est très fort", déplore-t-il.

>> LIRE AUSSI - Les mannequins trop maigres interdits de podium

>> VOIR AUSSI - Les explications du Dr Kierzek sur l'anorexie

>> VOIR AUSSI - Anorexie : "Il est temps d'en parler"