#BalanceTonYoutubeur : "Il m'a demandé une photo nue", témoigne une victime

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Contactées par Europe 1, deux jeunes filles dénoncent les demandes indécentes de youtubeurs qu'elles suivaient sur les réseaux sociaux, de la photo osée jusqu'au rapport sexuel.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

C’est une polémique qui prend de plus en plus d’ampleur sur Twitter. Depuis que le youtubeur Squeezie a dénoncé dans un tweet des abus supposés de certains de ses confrères, sans les nommer, avec des jeunes filles vulnérables, le #BalanceTonYoutubeur a vu défilé des centaines de témoignages. Europe 1 a pu recueillir ceux de deux jeunes filles : elles décrivent des pratiques abusives et accusent des vidéastes d'avoir profiter de leur vulnérabilité.

"Tu l'as déjà fait ?". Pour Léa*, tout a commencé en août 2016 lorsqu’un youtubeur qu’elle suit sur les réseaux sociaux lui envoie un message. La conversation, au départ banale, dérape rapidement. Elle a alors 15 ans, lui 27. "Il a commencé par me demander : 'Tu l'as déjà fait ?'. J'étais super gênée", se rappelle-t-elle. "J'étais vierge et ça me faisait très bizarre qu'un youtubeur que j'apprécie me pose une question comme ça. C'est là qu'il m'a envoyé le message : 'Si tu veux, je me porte garant de la prochaine fois', tout en connaissant mon âge." Une proposition indécente, accompagnée, selon la jeune fille d'une photo du vidéaste dans son bain.

Chantage affectif. C'est cette même technique d’approche que dénonce, au micro d'Europe 1, une autre jeune fille qui souhaite rester anonyme. Il y a trois ans, elle a été contactée par un youtubeur alors qu’elle était mineure. Selon elle, il aurait abusé de sa vulnérabilité. "A 15 ans, on croit que tout est tout beau et tout rose, on croit au prince charmant. Je suis tombée amoureuse de lui", raconte-t-elle. "Il a commencé à me faire du chantage affectif, en gros : 'fais ce que je veux ou je ne te parle plus'. Et puis ça été les demandes de photos de mon décolleté, de moi en sous-vêtements… Plus ça continuait, plus il y allait fort, jusqu'à me demander une photo nue. Je l'aimais, du coup je ne disais rien."

Contactés par Europe 1, les deux youtubeurs désignés par les jeunes filles n’ont pas répondu à nos sollicitations. 

*Le prénom a été changé