Avec le réchauffement climatique, "la santé est en danger"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Anneliese Depoux, co-rédactrice d'un rapport sur les impacts sur la santé du réchauffement climatique, invitée mercredi sur Europe 1, a expliqué qu'avec la hausse des températures, certaines maladies pouvaient se propager.

INTERVIEW

"Le changement climatique tue et notre santé est en danger." Mercredi, sur Europe 1, Anneliese Depoux,  co-directrice du centre Virchow-Villermé de santé publique, a fait part de son inquiétude. Mardi, avec des chercheurs du monde entier, elle a publié une étude dans la réputée revue médicale britannique The Lancet, sur les conséquences du réchauffement climatique et de la pollution sur la santé. Et selon les constatations des chercheurs, la multiplication des "événements climatiques extrêmes" sont "clairs depuis quelques années, et les impacts sur la santé sont bien pires qu'imaginés". La chaleur peut ainsi entraîner du stress thermique ou coup de chaleur, une aggravation d'une insuffisance cardiaque pré-existante ou un risque accru d'insuffisance rénale liée à une déshydratation. 

Le champ d'action du moustique élargi. Le réchauffement du climat a également élargi le champ d'action du moustique porteur de la dengue, augmentant son aptitude à transmettre la maladie de 9,4% depuis 1950 souligne l'étude. "La dengue, le paludisme… les maladies vectorielles qui se propagent avec des moustiques sont favorisées par l'augmentation de la température", détaille Anneliese Depoux. "Aujourd'hui elles touchent les zones tropicales mais à l'avenir elles toucheront aussi l'Europe. Le paludisme, ça va arriver", prédit-elle. "On voit déjà que dans le sud de la France, il y a des cas de dengue, de chikungunya. Le moustique tigre a fait déjà son apparition et va véhiculer ce type de maladies".

Avec la hausse des températures, certaines plantes vont aussi se développer et notamment des plantes allergisantes, qui adorent la chaleur. "On voit bien que le changement climatique a un impact sur la biodiversité et par effet de conséquence sur notre santé", souligne Anneliese Depoux.

Des solutions. Le tableau est noir. Pour autant, tout n'est pas écrit, assure la co-directrice du centre Virchow-Villermé de santé publique. "Il existe des solutions, comme développer la mobilité par exemple. Marcher, faire du vélo, c'est bon à la fois pour notre santé et c'est bon pour le climat. "