Attentat déjoué : une menace "extrêmement élevée" pour Bernard Cazeneuve

  • A
  • A
Attentat déjoué : une menace "extrêmement élevée" pour Bernard Cazeneuve
Bernard Cazeneuve a évoqué une menace terroriste "extrêmement élevée", vendredi. @ Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :

"Nous sommes face à un niveau de menace terroriste extrêmement élevé", a rappelé le Premier ministre, vendredi, après l'annonce d'un attentat déjoué.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé vendredi le "niveau de menace terroriste" dans le pays après un coup de filet à Montpellier qui a permis de déjouer "un projet d'attentat imminent" selon le gouvernement. 

"Prendre toutes les précautions". "Nous sommes face à un niveau de menace terroriste extrêmement élevé qui nous oblige à chaque instant à prendre toutes les précautions pour assurer la protection de nos concitoyens", a déclaré Bernard Cazeneuve, en déplacement dans la Creuse. Quatre personnes, dont une mineure de 16 ans, soupçonnées de préparer un attentat en France, ont été arrêtées vendredi matin à Montpellier et aux alentours par la Sous-direction antiterroriste (SDAT). "Les quatre suspects, âgés de 16, 20, 26 et 33 ans, ont été arrêtés après qu'ils ont acheté de l'acétone", pouvant servir à la confection d'un engin explosif, a expliqué une source policière.

"Plusieurs centaines d'interpellation". "Je ne veux pas faire de commentaires, c'est au procureur de la République de les faire en fonction des éléments de l'enquête", a déclaré le Premier ministre. Cette menace "signifie pour les forces de sécurité intérieures et notamment pour les services de renseignement une activité extrêmement intense", a ajouté Bernard Cazeneuve, qui a évoqué "depuis le début de l'année 2016 (…) plusieurs centaines d'interpellations d'individus qui ont été pour la plupart d'entre eux judiciarisés". "Soit que ces individus s'apprêtaient à passer à l'acte, soit qu'ils étaient en lien avec des groupes terroristes commanditaires d'actes (…) et que ces acteurs soient situés en France ou sur le théâtre des opérations terroristes", a-t-il ajouté.

Appel aux "initiatives européennes". Le Premier ministre a également appelé à des "initiatives européennes pour renforcer la protection que les institutions européennes doivent aux ressortissants de l'Union", citant en exemples "l'interconnexion des fichiers, la mise en place du dispositif entrée-sortie, l'application du PNR (données des dossiers passagers) européen et la réforme du système d'information Schengen". "Ce sont tous ces sujets qui ont été portés par la France, souvent en liaison avec l'Allemagne, et qui doivent permettre également au plan européen de renforcer notre dispositif de protection contre le terrorisme", a-t-il déclaré.