Attentat de Nice : Lahouaiej-Bouhlel avait fait des repérages avant l'attaque

  • A
  • A
Attentat de Nice : Lahouaiej-Bouhlel avait fait des repérages avant l'attaque
@ AFP
Partagez sur :

L'auteur de l'attentat de Nice avait effectué des repérages sur la Promenade des Anglais quelques jours avant l'attentat.

INFO EUROPE 1

Trois jours après l'attentat qui frappé Nice le 14-Juillet, l’enquête se poursuit et le profil de son auteur semble se préciser. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel qui, selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se serait "radicalisé très rapidement" et dont l'attentat a été revendiqué par le groupe Etat islamique avait notamment, selon les informations obtenues par Europe 1, fait des repérages les jours précédents l'attentat.

Deux séances de repérages. Au fil des investigations, les enquêteurs découvrent que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a minutieusement préparé son attentat. Après avoir loué, lui-même, ce camion blanc de 19 tonnes, il s'est livré à plusieurs repérages. Selon les informations obtenues par Europe 1, il s'est rendu deux fois sur la Promenade des Anglais, mardi 12 juillet et mercredi 13 juillet, soit la veille et l'avant-veille de l'attaque. Sur les enregistrements des caméras de vidéo-surveillance, il est possible de le voir au volant de son camion en train d'observer les lieux très attentivement. 

Trois retraits de 500 euros environ. L’enquête montre également que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a eu besoin d’argent les jours précédant l'attentat. D’après nos informations, il a effectué plusieurs retraits sur son compte en banque au cours des derniers jours. Trois retraits de presque 500 euros chacun. Il a, en outre, vendu sa voiture la veille de l’attentat.

Radicalisation très rapide. Pour les enquêteurs, ces éléments viennent confirmer qu'il s'agit bien d'un acte prémédité par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Décrit comme un homme violent, impulsif, qui maltraitait son ex-femme et ses enfants et qui ne fréquentait pas de mosquées, il s'était cependant étrangement arrêté de boire de l'alcool il y a deux semaines. Les policiers de l'anti-terrorisme cherchent donc toujours à comprendre comment le tueur a pu basculer si vite dans l'islam radical sans éveiller l'attention des services de renseignement.

L'homme avait certes appliqué parfaitement les consignes de l'Etat islamique qui parle de lui comme d'un "soldat", mais à ce stade son profil reste bien différent de celui des djihadistes qui ont déjà frappé la France.