Attentat de l'Hyper Cacher : "Je veux comprendre pourquoi la photo de Coulibaly n'a pas été diffusée"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le 9 janvier 2015, un jeune homme voit entrer Amedy Coulibaly dans l'épicerie de la porte de Vincennes. Selon lui, la diffusion du portrait du terroriste aurait peut-être pu changer les choses.

Il y a deux ans jour pour jour, Amédy Coulibaly tuait quatre personnes dans la prise d'otage de l'Hyper Cacher porte de Vincennes. Une cérémonie d'hommage est organisée lundi soir à 18h30 devant le magasin en présence du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux. L'attaque aurait-elle pu être évitée ? C'est la question que se pose, depuis deux ans, un jeune homme qui était garé juste devant l'épicerie au moment de l'attaque. 

Recherché depuis la veille. Ce jeune homme a vu le terroriste s'arrêter à quelques centimètres de sa voiture et ouvrir le feu sur l'épicerie. Il est resté caché pendant deux ou trois minutes derrière les vitres teintées de son véhicule, avant de prendre la fuite. Aujourd'hui encore, il ne comprend pas pourquoi la photo d'Amedy Coulibaly n'a pas été diffusée dans les médias alors qu'il était recherché par la police depuis la veille pour le meurtre de la policière municipale de Montrouge, Clarissa Jean-Philippe

"Il était à moins d'un mètre de moi. Il est arrivé en marchant, il ne courrait pas, il n'était pas pressé. Il a eu le temps de se mettre devant l'entrée, de mettre son sac par terre, de sortir son arme. Quelques minutes après l'attaque, un policier m'a montré sa photo en me demandant si c'était lui. Il l'avait sur son portable donc j'imagine qu'il était bien identifié et que la photo était diffusée aux services de police. Mais elle n'était pas diffusée dans les médias", raconte ce témoin.

Entendu sur Europe 1
J'aurais peut-être essayé de l'arrêter, de lui rentrer dedans, d'hurler, de klaxonner, de l'effrayer...

Il émet quelques hypothèses : "Je ne sais pas si ça aurait changé quelque chose, mais du moins, il se serait senti traqué. Des gens auraient peut-être pu le reconnaître ou on aurait pu l'arrêter avant." S'il avait vu la photo au préalable, il pense qu'il aurait peut-être pu agir différemment. "Je ne peux pas être sûr à 100% mais peut-être. Je me suis sauvé. Je n'ai pas cherché à aller à l'intérieur non plus quand il est arrivé. Mais à ce moment-là dans ma voiture, je regardais la télévision qui parlait des frères Kouachi. Je l'aurais forcément reconnu vu que j'avais la télé devant moi. J'aurais peut-être essayé de l'arrêter, de lui rentrer dedans, d'hurler, de klaxonner, de l'effrayer..., énumère le jeune homme, marqué. Je veux juste comprendre pourquoi cette photo n'a pas été diffusée surtout que l'on sait aujourd'hui qu'un ordre a été donné quelques heures avant."

L'appel à témoins diffusé une heure après le début de l'attaque. Le vendredi 9 janvier 2015, le parquet antiterroriste a effectivement demandé à la police de diffuser un appel à témoins, avec signalement et photo de Coulibaly et de sa compagne. L'instruction a été donnée à 11h10 mais tout le monde étant mobilisé, ce matin-là, par la prise d'otages des frères Kouachi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). L'appel à témoins n'a été transmis aux médias qu'à 14h14, soit une heure après le début de l'attaque de l'Hyper Cacher. David et son avocat avaient annoncé fin 2015 qu’ils allaient saisir la justice administrative et porter plainte contre l’Etat pour "faute". Ils ne l’ont toujours pas fait.