Atteindre l'orgasme... pas si simple pour les Françaises

  • A
  • A
Atteindre l'orgasme... pas si simple pour les Françaises
@ Valery Hache/AFP
Partagez sur :

Selon une enquête Ifop publiée vendredi, une Française sur deux connaît régulièrement des difficultés pour jouir. 

En cette journée internationale de l'orgasme, les Français ne vont pas parader. L'Hexagone figure en effet dans la liste des pays où les femmes atteignent le plus difficilement l'orgasme, selon un sondage Ifop publié vendredi. Réalisée auprès de 8.000 femmes, l'enquête démontre que, ces 12 derniers mois, 49% des Françaises ont éprouvé régulièrement des difficultés à atteindre le 7e ciel.

Simulation. Pour quasiment une femme sur deux en France, l'orgasme reste donc difficilement atteignable. C'est le pire résultat de ce sondage réalisé dans les pays européens et en Amérique du nord. D'autres chiffres ne sont guère reluisants pour la sexualité des Français : 25% des femmes n'ont pas eu d'orgasmes lors de leur dernier rapport et 31% d'entre elles simulent "assez régulièrement" la petite mort avec leur partenaire. Là encore, les Françaises trustent les premières places du podium. A titre de comparaison, les Néerlandaises ne sont que 28% à éprouver des difficultés pour jouir.

Une sexualité trop "phallocentrée". Une des explications avancée par l'étude est le type de sexualité pratiqué par les couples dans l'Hexagone. Les Françaises sont en effet les championnes de la pénétration : 82% la pratiquent souvent, contre 60 à 74% dans les autres pays. Et paradoxalement, elles ne sont 24% à dire jouir facilement de cette manière. 

Le clitoris, ce grand oublié. Le problème viendrait-il des Françaises ou bien de leurs partenaires ? L'enquête démontre que 70% d'entre elles jouissent facilement quand elles se masturbent. Et à deux, 77% disent atteindre facilement l'orgasme quand la pénétration s'accompagne d'une stimulation clitoridienne. Or, c'est en France que cette pratique est la moins adoptée. Les Français n'ont donc plus qu'à refaire leur éducation sexuelle, à moins que les Françaises apprennent à imposer à leurs partenaires ce qui leur plaît.