Asticots, ingrédients avariés, additifs dangereux… Un livre tire la sonnette d'alarme sur notre alimentation

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après "Vous êtes fous d'avaler ça !", Christophe Brusset, ancien salarié d'une société agroalimentaire, revient avec "Et maintenant on mange quoi ?", un livre tout aussi inquiétant que son précédent.

Purées, poissons surgelés, poêlées de légumes… Savez-vous réellement ce que vous mangez ? Et que nous cachent les géants de l'industrie ? Autant de questions auxquelles s'attache à répondre Christophe Brusset, invité de Nikos Aliagas mardi matin. Après avoir travaillé vingt ans dans l'agroalimentaire, importé de Chine des tonnes d'épices, de produits surgelés ou de charcuteries, il a publié en 2016 le livre choc Vous êtes fous d'avaler ça ! Mercredi 10 octobre va sortir la suite de cet ouvrage, intitulée Et maintenant on mange quoi ?, publié demain chez Flammarion. 

Europe 1 a lu ce livre en avant-première, et c'est à vous couper l'appétit. 

Du miel… sans miel. Christophe Brusset nous apprend notamment à bien lire l'étiquette des pots de miel. S'il est écrit : "mélange de miels originaires et non originaires de l'Union européenne", cela signifie qu'il vient de Chine, et qu'il n'a de miel que le nom. En réalité, le consommateur avale des sucres, des colorants, des arômes, des pollens, et peut-être même des antibiotiques de synthèse. Un pot de miel sur trois vendu en grande surface en Europe est frauduleux, révèle l'ouvrage.

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des asticots dans les préparations. Certains aliments transformés contiennent aussi des produits avariés. Méfiez-vous notamment des soupes et des sauces à base de cèpes. Il arrive en effet que les champignons achetés en Chine à bas prix soient complètement colonisés par les vers, qui sont ensuite broyés dans les préparations. Même dégoût si l'on analyse attentivement la composition des purées de framboises du Chili, qui contiennent des bouts de feuille, mais aussi et surtout des asticots mixés, ni vu ni connu.

Des "déchets de vanille". Un autre déception pour le consommateur concerne les yaourts et les glaces à la vanille. La plupart du temps, les petits points noirs ne sont que des déchets de vanille, c'est-à-dire ce qui reste une fois la gousse vidée. Sur l'emballage, cela est décrit comme des "graines de vanille épuisée". "Les ingrédients 'épuisés' ne concernent pas que les petits prix. On en retrouve partout, notamment dans des grandes marques industrielles très connues", indique Christophe Brusset sur Europe 1, qui invite les consommateurs à faire le test en grande surface.

9782081441323

700 additifs dans les produits. Comment est-il encore possible pour les industriels de mettre autant de substances dangereuses et de sous-produits dans leurs préparations ? "Aujourd'hui, vous avez environ 350 additifs autorisés, et plus 400 auxiliaires technologiques qui sont en fait des additifs qui n'ont pas besoin d'être déclarés sur la liste. Au minimum, vous avez donc 700 additifs utilisés quotidiennement dans tous les produits qu'on avale. S'ils sont autorisés, c'est parce que les industriels les ont fait autoriser grâce aux lobbys. Le problème est politique : on autorise trop facilement des produits dangereux pour la santé", dénonce Christophe Brusset sur notre antenne.

Pour éviter au maximum ce type de mauvaise surprise, vous devez consulter la composition des produits que vous mettez dans votre panier. Christophe Brusset conseille d'ailleurs de choisir les aliments dont la liste des ingrédients doit être la plus courte possible, avec les produits les plus naturels possibles."