Alsace : le torchon brûle après la fusion de trois communes

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que l'Alsace est pionnière dans la volonté de regrouper des petites villes pour faire des économies, à Kaysersberg-Vignoble la lune de miel n'aura duré que trois mois. Dans cette commune, fruit de la fusion de trois villages, le conflit a remplacé la bonne entente. 

L'idylle communale n'aura pas duré longtemps. Kaysersberg-Vignoble, issue du mariage entre Kaysersberg, Siolsheim et Kientzheim, a tout juste trois mois et tous ont encore en tête la photo du jour J : les trois maires bras dessus, bras dessous, tout sourire. Mais après la fusion des communes, rien ne va plus et le conseil municipal de lundi a surtout donné lieu à des échanges d'insultes. 

"Il faut un respect, un partage". "Lundi soir, nous avons vécu un combat de coqs", déplore un élu au micro d'Europe 1. Désormais, deux des trois ex-maires s'affrontent : Henri Stoll, le maire de la nouvelle commune et Thierry Speitel, ancien maire, nommé adjoint à la création de Kaysersberg-Vignoble. "Moi j'ai fait beaucoup d'efforts au début", explique Thierry Speitel. "C'est comme dans un mariage, si je vois que vous êtes marié et que votre épouse vous imposait tout, je ne sais pas si elle resterait longtemps avec vous. A moins que ce soit une cruche. Et en général quand les gens ne sont pas des cruches qui se laissent tout imposer, il faut un respect il faut un partage."

L'ancien maire démis de ses fonctions. "Une branche pourrie, tu la coupes", lâche de son côté Henri Stoll, le nouveau maire qui a décidé de démettre de ses fonctions d'adjoint Thierry Speitel, qui est désormais simple conseiller municipal. Le maire lui reproche de ne pas avoir voté le budget. 

"Tout le monde en a marre". Dans la commune, les autres élus se désolent. "On a quand même un budget beaucoup plus important. Une petite commune n'aurait jamais pu faire les investissements qu'on peut faire maintenant. Tout le monde en a marre de cette embrouille qui tourne au vinaigre", regrette Bernard. Mais à la différence d'un vrai mariage, pour les communes, le divorce n'existe pas.