Alcool et grossesse : un danger pour l'enfant sous-estimé par les Français

  • A
  • A
Alcool et grossesse : un danger pour l'enfant sous-estimé par les Français
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Pour 37% des Français, les risques n'apparaissent pour le bébé qu'à partir d'une consommation quotidienne d'alcool.

Un quart des Français seulement estime que toute consommation d'alcool pendant la grossesse comporte un risque pour le nouveau-né, selon une enquête de l'Inpes (prévention et éducation pour la santé). Or, l'alcool est toxique pour le foetus et peut nuire à son développement et être notamment responsable d'accouchements prématurés et de retards de croissance de l'enfant, rappelle l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

La consommation d'alcool n'est pas anodine. Une consommation d'alcool quotidienne, même très modérée, ou des ivresses épisodiques pendant la grossesse ne sont pas anodines pour l'enfant à naître. Pourtant, cette notion de risque lié à la consommation d'alcool pendant la grossesse "reste encore très floue" dans l'esprit du public, relève l'institut qui publie l'enquête à l'occasion de la Journée internationale du Syndrome d'Alcoolisation Foetale (SAF) du 9 septembre. Ce qui est préoccupant alors que "la consommation d'alcool est en forte augmentation chez les femmes et notamment chez les étudiantes. Elle se banalise", selon le Dr François Bourdillon, directeur général de l'Inpes.

Une perception des risques erronée. Pour une majorité de personnes interrogées, le risque existe pour une consommation ponctuelle excessive : 86% des personnes interrogées pensent qu'être ivre une seule fois au cours de la grossesse est dangereux pour le bébé. Mais les risques liés aux consommations moins importantes sont moins connus : 18% pensent qu'une femme enceinte peut boire quelques gorgées d'alcool de temps en temps sans prendre de risque pour son bébé. Et, pour 37%, les risques n'apparaissent pour le bébé qu'à partir d'une consommation quotidienne d'alcool.

8.000 enfants touchés chaque année. La journée annuelle SAF permet de rappeler que, dans les pays occidentaux, la consommation d'alcool pendant la grossesse est la première cause de handicap mental d'origine non génétique chez l'enfant. Le syndrome d'alcoolisation foetale (SAF), forme d'atteinte la plus grave de l'exposition prénatale à l'alcool, peut se manifester par un retard du développement, des déficits intellectuels, des malformations, des troubles de l'apprentissage, de l'attention.... Les divers troubles causés par l'alcoolisation foetale toucheraient 8.000 enfants nés chaque année.