Air Cocaïne : Aymeric Chauprade "ne regrette pas d'avoir aidé ses compatriotes"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité d'Europe soir, le député européen a expliqué que l'évasion des deux pilotes d'Air Cocaïne était faite "par solidarité vis-à-vis des compatriotes". 

INTERVIEW

Il est enfin sorti de son silence. Aymeric Chauprade, initiateur de l'évasion des deux pilotes d'Air Cocaïne avec son ami Christophe Naudin, a expliqué mercredi dans Europe soir "à quel point l'opération (d'évasion) n'était pas faite contre le peuple dominicain, mais par solidarité vis-à-vis des compatriotes qui étaient menacés".  

Le député européen Front national s'est par ailleurs défendu de vouloir exfiltrer Christophe Naudin, extradé en République dominicaine la semaine dernière pour être jugé pour complicité de l'évasion des pilotes. "On est face à beaucoup de mauvaise foi. Quand on dit qu'on va se battre, c'est qu'on va essayer de contribuer à aider Christophe Naudin", dit-il, faisant référence au tweet qu'il a posté mardi soir et qui a suscité l'inquiétude du procureur dominicain.



Chauprade dénonce un climat de vengeance contre Naudin. "Malheureusement, la justice semble faite d'avance, comme elle l'était pour les deux pilotes. On a un climat de vengeance contre Christophe Naudin (…) Est-ce que quelqu'un qui a voulu porter secours à des compatriotes qui n'avaient pas une justice équitable mérite d'avoir 15 ou 20 ans de prison?", rétorque-t-il.

Désormais, Aymeric Chauprade est sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis par la République dominicaine, pour s'être rendu complice de l'évasion des deux pilotes, tout comme Christophe Naudin. Mais il assure ne pas regretter son action : "Est-ce qu'on regrette une action qui était fondée sur une intention qui était louable ? Je regrette les conséquences, je ne crois pas regretter pas d'avoir aidé des compatriotes qui étaient confrontés à un déni de justice."