Agents publics ou contractuels pourront faire passer le permis

  • A
  • A
Agents publics ou contractuels pourront faire passer le permis
Un permis de conduire (photo d'illustration)@ MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

Le décret définissant les conditions dans lesquelles des agents publics ou contractuels peuvent faire passer les épreuves pratiques du permis de conduire a été publié samedi au Journal officiel.

C'est l'une des mesures de la loi Macron. Le décret définissant les conditions dans lesquelles des agents publics ou contractuels peuvent faire passer les épreuves pratiques du permis de conduire a été publié samedi au Journal officiel.

Avoir le permis depuis au moins trois ans. Pour obtenir l'habilitation, d'une durée de deux ans renouvelable, ces agents doivent être âgés d'au moins 23 ans et titulaires d'un permis B depuis au moins trois ans. "Ils ne doivent pas être inscrits sur le fichier national des permis de conduire au titre des décisions de restriction de validité, de suspension, d'annulation, d'invalidation, d'interdiction de délivrance de permis de conduire ou de changement de catégorie du permis de conduire."

Une formation initiale obligatoire. Ils ne peuvent pas exercer ou avoir exercé depuis moins de trois ans la profession d'enseignant de la conduite, d'exploitant d'auto-école ou de formateur d'enseignant et doivent déclarer la profession de leur conjoint, de leurs parents, de leurs enfants mais aussi de leurs frères et sœurs, si cette profession se rattache à l'un de ces métiers. Ils recevront une formation initiale obligatoire, comportant des enseignements théoriques et pratiques dont la connaissance sera contrôlée.

Éviter les délais d'attente trop longs. Cette réforme du permis de conduire a été instaurée par la loi du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron. Elle prévoit que dans les départements où le délai d'attente pour présenter l'épreuve pratique du permis est supérieur à 45 jours, l'État peut autoriser des agents publics ou sous contrat à exercer comme examinateurs, une mesure qui avait soulevé la colère des syndicats et réseaux d'auto-écoles.