Affaire Sauvage : "L'opinion publique se réveille brutalement"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'avocat d'Alexandra Lange, une femme battue acquittée en 2012 pour le meurtre de son mari, a exprimé sa solidarité envers Jacqueline Sauvage.

INTERVIEW

"Le vrai sujet, c’est la situation de ces femmes qui, pendant des années, subissent des violences insupportables". Au micro d'Europe 1 vendredi, Me Luc Frémiot s'est ému de la condamnation de Jacqueline Sauvage. En 2012, cet avocat avait obtenu l'acquittement dans le procès d'Alexandra Lange, une femme battue acquittée qui avait tué son mari. "Je crains que l’opinion publique se soit assoupie depuis, et qu’elle se réveille brutalement aujourd’hui pour se rendre compte que les choses n’ont pas changé", a-t-il lancé.

Une affaire qui suscite l'émotion. Mercredi, sa cliente s'est joint aux nombreuses voix qui réclament la grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari violent. Si Me Luc Frémiot affirme ne "pas avoir de conseils à donner au président de la République" sur ce droit régalien, il comprend cependant l'émotion suscitée par cette affaire. "Lorsque l’on mesure ce qu’a subi cette femme pendant 40 ans et que l’on voit la peine qu’il lui reste à purger, on ne peut qu'être émus et se poser des questions", a-t-il affirmé. François Hollande, qui a reçu vendredi après-midi les trois filles ainsi que les avocates de Jacqueline Sauvage à l'Elysée, veut se donner "le temps de la réflexion"

La légitime défense différée, solution dangereuse. Certains soutiens de Jacqueline Sauvage suggèrent la prise en compte d'une légitime défense "permanente" ou "différée". Pour l'avocat, cette solution est "éminemment dangereuse". "C’est un chèque en blanc que l’on va signer, un message extrêmement dangereux que l’on envoie à ces femmes victimes de violences, qui sont bien souvent fragiles psychologiquement et qui n’ont pas toujours le discernement voulu", a-t-il plaidé. "La légitime défense différée, c'est leur faire croire qu’elles sont toujours en état de mort hypothétique et leur donner la possibilité de passer à l'acte. Ce n'est pas possible".