Affaire Jacqueline Sauvage : "Elle était en légitime défense depuis 47 ans"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'actrice Eva Darlan demande au Président d'accorder sa grâce à Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari qu'il la violentait. 

INTERVIEW

Près de trois semaines après la condamnation de Jacqueline Sauvage à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, ses trois filles ont adressé mardi un recours en grâce au président de la République. Des politiques, à l'instar de la députée (LR) Valérie Boyer et des artistes comme Eva Darlan ont soutenu cet appel. Dans Europe midi, la comédienne a demandé à ce que "les femmes soient davantage protégées". "Ce jugement est un signal fort aux hommes en disant qu'ils peuvent taper tant qu'ils veulent, de toute façon, il n'y aura pas de réplique", a-t-elle estimé.

Jamais protégée. Le jury et la présidente du tribunal ont considéré que Jacqueline Sauvage n'était pas en état de "légitime défense immédiate" au moment du meurtre. Quelques minutes se sont écoulées entre les précédentes violences commises par son mari et l'assassinat. "Mais elle était en légitime défense depuis 47 ans", a rétorqué Eva Darlan. "Elle se faisait menacer de mort, tabasser, violer ainsi que ses enfants (…) Cette femme n'a pas été protégée durant toute sa vie", a affirmé l'actrice.

Jacqueline Sauvage a déjà passé deux années en prison après de nombreuses années de souffrances au domicile conjugal. " Si elle peut sortir avec une grâce présidentielle, ce serait beaucoup plus joli", a conclu Eva Darlan.