Affaire Grégory : une expertise désigne Jacqueline Jacob comme le corbeau

  • A
  • A
Affaire Grégory : une expertise désigne Jacqueline Jacob comme le corbeau
La grande-tante de Grégory Villemin aurait écrit deux courriers en 1983.@ PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :

D'après une nouvelle expertise graphologique consultée par le "JDD", Jacqueline Jacob est l'auteure de deux courriers envoyés en 1983 aux parents de Grégory Villemin.

Une nouvelle expertise graphologique désigne Jacqueline Jacob comme étant le corbeau de 1983 dans l'affaire Grégory. La grande-tante du petit garçon retrouvé mort les pieds et les poings liés dans la Vologne, dans les Vosges, en 1984, aurait en effet écrit deux courriers anonymes en mars et avril 1983 aux parents de Grégory, selon le Journal du Dimanche

"De nombreuses similitudes". Cette nouvelle analyse graphologique, parvenue au dossier judiciaire cette semaine, "semble formelle", écrit le JDD. Les deux courriers expertisés "présentent de nombreuses similitudes et surtout aucune différence significative dans leurs caractéristiques graphiques avec celle de la main de Madame Jacqueline Thuriot épouse Jacob", note l'experte judiciaire Christine Navarro.

Un "lien entre l'assassin et Jacqueline Jacob". L’expertise de 47 pages émet aussi une série d'hypothèses inédites sur la lettre de revendication du crime : cette dernière aurait été écrite par quelqu'un qui a eu accès "à un même lot d'enveloppes" que celles utilisées par Jacqueline Jacob. Le papier provient aussi d'un même type de support, à savoir un cahier à grands carreaux. Ainsi, rapporte le JDD, "Jacqueline Jacob aurait écrit les deux premières lettres anonymes tandis qu'un lien est fait entre l'assassin et Jacqueline Jacob concernant le troisième et quatrièmes courrier anonyme."

Une prochaine convocation.La grande-tante de Grégory Villemin a été mise en examen en juin dernier pour "arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivi de mort" et placée sous contrôle judiciaire, dans un nouveau rebondissement de cette affaire judiciaire vieille de 30 ans et toujours non résolue. Selon le JDD encore, Jacqueline Jacob, qui a fait valoir son droit au silence en garde à vue, vient de faire l'objet d'une convocation pour un prochain interrogatoire.