Affaire Benalla : l'une des victimes s'est vu prescrire six jours d'interruption de travail, selon son avocat

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Me Sahand-Saber détient un certificat médical établi le 11 mai par le médecin traitant de son client, faisant état "de traces de coup sur la poitrine et d'une raideur cervicale".  

INTERVIEW

"Ce ne sont pas des black blocs, ce ne sont pas des manifestants, ce n'est pas un couple qui est venu sur la place de la Contrescarpe pour se livrer à des violences contre les forces de police." C'est ainsi que Me Sahand-Saber décrit ses clients, dont le témoignage s'annonce crucial dans l'affaire Benalla. L'avocat, qui défend l'homme et la femme filmés en train de subir des violences commises par le collaborateur d'Emmanuel Macron, le 1er mai à Paris, était l'invité d'Europe 1, mercredi. 

Un couple venu "prendre un verre". "Ils sont venus prendre un verre, c'est un quartier festif, il y a des cafés, il y a des bars", explique l'avocat. "Puis mes clients ont vu un attroupement, une manifestation et des services de police. Ils ont eu cette curiosité, parfois un peu déplacée, qui consiste à rester sur la place de la Contrescarpe pour voir à quoi ressemble une charge de police. (...) Ensuite, cette première charge de police intervient et ils essuient des coups", poursuit-il.

"En réaction, colérique, ils prennent ce qu'il y a sous la main", reconnaît Me Sahand-Saber. "Il y avait une carafe, ce qui semble être un cendrier, et ils ont jeté ces projectiles. Effectivement la jeune femme a fait un bras d'honneur. Mais à aucun moment ils ne sont venus se battre contre les forces de police, alors que monsieur Benalla on peut penser qu'il est venu se battre contre les manifestants."

"Des gens qui veulent aller de l'avant". Pourquoi le couple, identifié par les services de police après la révélation de l'affaire par Le Monde, n'a-t-il pas porté plainte à l'époque ? "Ce sont des gens qui veulent aller de l'avant", répond leur conseil. "Ils ont passé une très mauvaise journée, qui a fini chez les policiers, ils ne voulaient pas donner davantage de suites." Et de souligner qu'aucune poursuite n'a été initiée contre les deux victimes présumées : "Monsieur Benalla aurait été contraint de témoigner, monsieur Crase aurait été contraint de témoigner, les policiers auraient été contraints de témoigner... Ça veut dire que l'affaire aurait éclaté à ce moment-là."

L'avocat détient en outre un certificat médical dressé le 11 mai 2018, soit dix jours après les faits, par le médecin traitant de ses clients, et qu'Europe 1 a pu consulter. "Il a constaté des blessures sur le jeune homme. Dans ses conclusions, il évoque des traces de coup sur la poitrine et une raideur cervicale", explique Me Sahand-Saber. "Et il conclut que cet état clinique nécessite un arrêt de travail de six jours. On ne peut pas dire qu'il y a zéro jour d'ITT (incapacité totale de travail, ndlr). Or c'est l'infraction pour laquelle monsieur Benalla est aujourd'hui poursuivi ("violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité, ndlr). Elle est amenée à évoluer." L'avocat entend remettre rapidement les documents dont il dispose au juge d'instruction.