A l'Hyper Cacher, une Pâque juive particulière

  • A
  • A
A l'Hyper Cacher, une Pâque juive particulière
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

REPORTAGE E1 - Les clients affluent à l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes à l'approche de Pessah, la Pâque juive. Non sans ressentir encore le traumatisme de la sanglante prise d'otages survenue il y a presque trois mois.

Du pain azyme à la place des oeufs en chocolat. A l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, le bip des caisses retentit à un rythme effréné alors que s'ouvre Pessah, la Pâque juive. A l'intérieur du magasin les clients remplissent leur caddies non pas d'œufs ou de lapins en chocolats, mais de metze, ces galettes de pain non levé consommées en grande quantité.

"Il ne faut pas oublier." Moshe, un habitué des lieux, n'arrive pas à effacer de sa mémoire les images de l'attaque de l'Hyper Cacher mais il fait face : "On ne va pas laisser apparaître la moindre peur ou la moindre inquiétude. Maintenant, s'il y en a qui veulent partir à l'étranger en Israël ou ailleurs c'est leur choix, ils ont peut-être raison, mais ça n'est pas la majorité non plus qui va faire ses valises pour partir demain matin. Mais il est vrai que tout le monde a ça en tête, il ne faut pas l'oublier", confie t-il.

"On montre qu'on est présents." La peur est toujours là, palpable. Certains ont encore du mal à rentrer dans le magasin, mais la présence en permanence de deux policiers devant l'enseigne rassure ces clientes : "On n'est pas sereins mais on revient plus fort en repensant à ce qui s'y est passé", confie l'une. "Même avec la peur, on est obligés de venir pour montrer qu'on est présents", renchérit son amie.

Acte politique. Pessah est une fête juive très importante, qui célèbre l'exode du peuple hébreu hors d'Egypte et la sortie de l'esclavage. Pour Charlie, un autre client, la symbolique est forte : "Cela peut être un autre état d'esclavage d'être sous l'emprise des terroristes. En venant ici pour Pessah, on sort de ce type d'esclavage en espérant avoir une liberté totale." Venir à l'Hyper Cacher pour Pessah, c'est avant tout un acte politique et un acte de liberté pour ces clients. Mais aussi le coup d'envoi d'une belle semaine de festivités. 

>> VOIR AUSSI - Pourquoi les otages de l'Hyper Cacher portent plainte contre les médias



Hyper Cacher, les familles portent plainte...par Europe1fr