180 chômeurs recrutés ponctuellement par l'État n'ont toujours pas été payés trois mois après

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Trois mois après avoir mis sous pli les professions de foi des candidats aux législatives, 180 demandeurs d'emploi n'ont toujours pas été payés.

A la mi-juin, 180 demandeurs d'emplois ont passé six journées et six soirées à mettre sous pli les professions de foi des candidats aux législatives. Trois mois plus tard, ils n'ont toujours pas été payés par l'État. En cause : la centralisation. 22 départements de l'Ouest sont gérés par un même service. Celui-ci est débordé. 

"C'est encore les petites gens qui morflent". Mais pas de quoi justifier un tel retard dans l'envoi des règlements, déplore Valérie Laurence, qui a participé à la mise sous pli à Saint-Lô, dans la Manche. Depuis six mois, cette ancienne gérante d'agence immobilière ne touche que le RSA. Or, elle comptait sur les 600 euros de la mise sous pli pour créer une nouvelle activité dès la rentrée : "Les gens ont dépensé de l'argent pour mettre du carburant pour venir travailler. Je ne trouve pas normal que l'on attende trois mois pour être payés. Tous les candidats ont bien eu leur profession de foi distribuée dans les boites aux lettres, ça s'est bien passé pour eux en tout cas. Et c'est encore les petites gens qui morflent pour les grands", regrette-t-elle au micro d'Europe 1.

"Je suis bloquée". "Je ne peux même pas aller travailler car je ne peux pas aller mettre d'essence dans ma voiture. Je ne peux rien faire, je suis bloquée. J'ai un projet, je voudrais me remettre à mon compte, une petite centaine d'euros m'aurait suffit, mais la je ne peux pas me lancer, je ne peux rien faire. C'est de la survie aujourd'hui".

Un paiement d'ici à la fin septembre. La préfecture assure que les demandeurs d'emplois seront payés d'ici la fin septembre. "J'ai demandé une avance, on m'a dit que ce n'était pas possible", ajoute Valérie Laurence. "Je comprends très bien que ce soit quelque chose de très lourd à gérer mais depuis le temps que ça existe, les choses devraient être faites pour que les gens soient payés à la fin du mois suivant".