VIDEO - Les terribles images d'un ours polaire mourant de faim font le tour du monde

  • A
  • A
VIDEO - Les terribles images d'un ours polaire mourant de faim font le tour du monde
L'ours est mort sans doute quelques heures ou quelques jours après que la vidéo a été tournée, selon le photographe.@ Capture d'écran Instagram Paul Nicklen
Partagez sur :

Postée sur Instagram, une vidéo d'un ours en train de mourir de faim a été largement partagée. Son auteur veut sensibiliser sur les dangers du réchauffement climatique.

La scène se déroule sur l'île de Baffin, au nord-est du Canada. Avec son équipe de Sea Legacy, une ONG qui vise à défendre les océans, le photographe Paul Nicklen capture de loin les images d'un ours polaire mal en point. Il avance difficilement, pas à pas, l'air hagard. Il est tout simplement en train de mourir.

"Muscles atrophiés". "C'est à ça que ressemble un animal affamé. Les muscles atrophiés. Pas d'énergie. C'est une mort lente et douloureuse", indique Paul Nicklen dans son message accompagnant la courte vidéo postée sur Instagram et vue plus d'1,3 million de fois. L'homme ne fait pas que décrire un triste spectacle. Il cherche aussi à alerter sur l'impact du réchauffement climatique : "Quand les scientifiques disent qu'il n'y aura plus d'ours polaires dans un siècle, je pense à la population de 25.000 ours en train de mourir de cette manière." 

My entire @Sea_Legacy team was pushing through their tears and emotions while documenting this dying polar bear. It’s a soul-crushing scene that still haunts me, but I know we need to share both the beautiful and the heartbreaking if we are going to break down the walls of apathy. This is what starvation looks like. The muscles atrophy. No energy. It’s a slow, painful death. When scientists say polar bears will be extinct in the next 100 years, I think of the global population of 25,000 bears dying in this manner. There is no band aid solution. There was no saving this individual bear. People think that we can put platforms in the ocean or we can feed the odd starving bear. The simple truth is this—if the Earth continues to warm, we will lose bears and entire polar ecosystems. This large male bear was not old, and he certainly died within hours or days of this moment. But there are solutions. We must reduce our carbon footprint, eat the right food, stop cutting down our forests, and begin putting the Earth—our home—first. Please join us at @sea_legacy as we search for and implement solutions for the oceans and the animals that rely on them—including us humans. Thank you your support in keeping my @sea_legacy team in the field. With @CristinaMittermeier #turningthetide with @Sea_Legacy #bethechange #nature #naturelovers This video is exclusively managed by Caters News. To license or use in a commercial player please contact info@catersnews.com or call +44 121 616 1100 / +1 646 380 1615”

Une publication partagée par Paul Nicklen (@paulnicklen) le

Manque de proies avec la fonte des glaces? Comment expliquer que l'ours famélique n'ait rien à manger en dehors du contenu douteux d'un vieux bidon ? Selon le photographe, la fonte des glaces et de la neige sont à l'origine de la disparition de proies pour ces ours. Et Paul Nicklen, en plus du fait qu'il "ne se balade pas avec un fusil tranquillisant ou 180 kilos de viande sur lui", n'aurait pas eu le droit de lui donner à manger, car c'est illégal au Canada. Cela n'aurait sans doute pas servi à grand-chose. "Ce grand ours est sûrement mort quelques heures ou quelques jours après" la vidéo, se lamente le photographe, qui parle de ses larmes au moment de filmer l'animal.

Un constat à nuancer légèrement. Un constat auquel le biologiste Todd Atwood apporte un peu de nuance, auprès de Mashable (en anglais) : son état "est probablement lié à une combinaison de choses. Il pourrait s'agit d'un vieil animal mais ça pourrait aussi être lié au manque de glace", explique-t-il, avant d'insister sur le fait qu'"il y a des sous-populations d'ours polaires qui sont stables". Même si le scientifique ne remet à aucun moment en cause le lien entre réchauffement climatique et risque accru pour la nutrition des ours dans le futur.   

De nombreux messages sur les réseaux sociaux. Sur les réseaux sociaux, le but de Paul Nicklen de "briser l'apathie" à propos du réchauffement climatique semblait en tout cas atteint, au regard du nombre de messages partager pour s'indigner d'une telle situation.