Pourquoi l'Univers se meurt à petit feu

  • A
  • A
Pourquoi l'Univers se meurt à petit feu
Les scientifiques ont mesuré l'énergie produite par 200.000 galaxies et découvert qu'elle était deux fois moindre que celle générée il y a deux milliards d'années. @ AFP
Partagez sur :

Une équipe internationale de scientifiques a mesuré l'énergie produite par 200.000 galaxies et découvert qu'elle était deux fois moindre que celle générée il y a deux milliards d'années.

Ce sont les mesures les plus précises d'énergie jamais réalisées dans une partie assez vaste de l'espace. Et les résultats ne sont guère réjouissants. L'Univers est en train de mourir de mort lente, selon une équipe internationale de scientifiques qui a mesuré l'énergie produite par 200.000 galaxies et découvert qu'elle était deux fois moindre que celle générée il y a deux milliards d'années. 

"L'Univers s'est écroulé sur son sofa". Les chercheurs ont utilisé sept des télescopes les plus puissants de la planète pour observer pendant huit ans des galaxies dans 21 longueurs d'onde différentes, comme l'infrarouge ou l'utraviolet, dans le cadre de l'étude Gama (Galaxy and mass assembly). Résultat ? "A partir de maintenant, l'Univers est voué au déclin, comme une vieillesse qui durerait pour toujours", a déclaré Simon Driver, membre du Centre international de recherches radioastronomiques (Icrar) de l'Etat d'Australie occidentale qui a participé au projet. Le scientifique explique de façon imagée que "l'Univers s'est écroulé sur son sofa, a ramené la couverture à lui et s'apprête à dormir d'un sommeil éternel", selon lui. 

Une bonne partie de l'énergie qui circule dans l'Univers a été générée après le Big Bang mais de l'énergie nouvelle est constamment libérée lors de la fusion thermonucléaire dans les étoiles. Andrew Hopkins, de l'Observatoire astronomique australien, explique que les chercheurs savent depuis un moment que le rythme de création d'étoiles dans l'Univers est en déclin. Cette étude montre que le taux de production d'énergie diminue de manière semblable dans les différentes longueurs d'onde, souligne-t-il.  "Peu importe les longueurs d'onde utilisées, la production d'énergie ralentit de la même manière", selon lui. 

Une collaboration internationale. Deux télescopes spatiaux de la Nasa, un télescope spatial de l'Agence spatiale européenne (ESA) et le Télescope anglo-australien de Nouvelle-Galles du Sud ont en particulier été mis à contribution pour cette étude, fruit d'une collaboration entre une centaine de scientifiques issus de plus de 30 universités australiennes, européennes et américaines.

Les chercheurs espèrent aussi que les données recueillies permettront de mieux comprendre le processus de formation des galaxies. Ils veulent également élargir leurs études pour documenter la production d'énergie tout au long de l'histoire de l'Univers.