Les Néandertaliens, créateurs des plus anciennes fresques rupestres

  • A
  • A
Les Néandertaliens, créateurs des plus anciennes fresques rupestres
L'homme de Néandertal était bien plus intelligent que ce que l'on pensait jusqu'alors (image d'illustration du musée national de la Préhistoire) @ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

À partir de la datation de peintures rupestres les attribuant à des Néandertaliens, des chercheurs ont établi que ce peuple qui a précédé l'homme moderne en Europe était doté d'une pensée symbolique. 

Les plus anciennes peintures rupestres connues ont été créées par des hommes de Néandertal plus de 20.000 ans avant l'arrivée de l'homme moderne en Europe, preuve que nos cousins disparus étaient dotés d'une pensée symbolique comme la nôtre, selon une étude publiée jeudi.

Des peintures 20.000 ans avant l'arrivée de l'homme moderne en Europe. Ces travaux, présentés dans la revue Science, s'appuient sur une nouvelle technique qui a permis de dater plus précisément des peintures ornant les parois de trois sites archéologiques en Espagne. "C'est une découverte absolument exaltante qui suggère que les hommes de Néandertal étaient beaucoup plus évolués que ce que l'on pense d'ordinaire", souligne Chris Standish, archéologue à l'université britannique de Southampton.

"Nos résultats démontrent que les peintures que nous avons datées sont, de loin, les fresques rupestres connues les plus anciennes du monde", a-t-il dit. Puisqu'elles ont été élaborées il y a quelque 64.000 ans - soit au moins 20.000 ans avant l'arrivée de l'homme moderne en Europe depuis l'Afrique -, "elles doivent avoir été peintes par des Néandertaliens", poursuit-il.

Des signes d'intelligence particulière. Employant surtout des pigments rouges et parfois noirs, des groupes d'animaux, empreintes de mains, points, cercles et autres motifs géométriques ornent les parois de ces grottes espagnoles situées à La Pasiega (nord-est), Maltravieso (ouest) et Ardales (sud). Ces représentations dénotent une intelligence que l'on n'attribuait jusqu'ici qu'à l'homme moderne. "L'émergence d'une culture matérielle symbolique marque une avancée fondamentale dans l'évolution de l'humanité", explique Dirk Hoffmann, de l'Institut allemand Max Planck.

Néandertal capable d'une pensée symbolique. Jusqu'à cette étude internationale, les peintures rupestres étaient l'un des derniers bastions séparant les humains modernes des Néandertaliens, qui ont disparu il y a quelque 35.000 ans. "Ces dernières années, des études ont montré que les hommes de Néandertal avaient fait un usage intensif d'objets de décoration, avaient peut-être construit des structures et, plus généralement, semblaient être bien plus capables de conduire des processus cognitifs symboliques que ce qui avait été historiquement avancé jusqu'ici", explique Adam Van Arsdale, professeur d'anthropologie au Wellesley College, un établissement américain. 

"L'art n'est pas un accident de parcours". Pour Paul Pettitt, de l'Université Durham, de futures études pourraient révéler que l'art néandertalien était présent dans beaucoup plus de grottes. Selon lui, "les Néandertaliens ont créé des symboles importants dans des lieux significatifs. L'art n'est pas un accident de parcours".

Une nouvelle méthode de datation. Jusqu'à présent, déterminer l'époque d'une peinture rupestre sans la détruire était difficile. La nouvelle méthode cherche à déterminer leur âge minimum "en utilisant l'uranium-thorium qui date les croûtes de carbonate recouvrant les pigments", explique DirkHoffmann. Se basant sur la radioactivité restante d'isotopes d'uranium dans le thorium, elle peut remonter jusqu'à 500.000 ans en arrière.