Du gaz de schiste américain détecté… en Europe

  • A
  • A
Du gaz de schiste américain détecté… en Europe
Une exploitation de gaz et de pétrole de schiste en Californie, aux Etats-Unis.@ DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Une station de mesure helvète a relevé une hausse d'éthane dans l'atmosphère, directement issu du gaz de schiste américain.

L'atmosphère ne connaît pas les frontières. C'est ainsi que des chercheurs belges ont découvert en Suisse la présence d'éthane, un gaz qui provient du sous-sol américain, rapporte mardi Science et Avenir. Ce qui a mis la puce à l'oreille de ces scientifiques ? Sa présence est en hausse depuis 2009, année qui correspond à l'explosion de l'exploitation du gaz de schiste alors qu'au 20e siècle, ce gaz très polluant avait plutôt tendance à reculer.

Des données compilées sur 25 ans. Tout a commencé lorsque des chercheurs de l'université de Liège ont décidé d'analyser les données issues d'un spectromètre infrarouge installé à 3.580 mètres d'altitude en Suisse. Cet appareil, qui fonctionne depuis 25 ans, mesure dans l'atmosphère la présence d'une trentaine de gaz.

L'éthane, à l'origine de l'ozone, en hausse. Un gaz en particulier a attiré l'attention des chercheurs belges : l'éthane. Issu des fuites de gaz naturel des puits d'extraction, il favorise l'apparition de l'ozone, un composant qui oxyde les plantes et irrite les voies respiratoires des humains. "Depuis 2009, ces émissions augmentaient de 5% par an alors que dans les deux décennies précédentes, elles diminuaient de 1%", explique Bruno Franco, l'un des responsables de l'étude parue dans le Journal of quantitative spectroscopy and radiative transfer.

Résultats similaires en Amérique du nord. Dans un premier temps, les chercheurs n'ont pas fait le lien avec l'exploitation du gaz de schiste. Pour éclairer leurs résultats, ils ont contacté les responsables des autres spectromètres dans le monde. Bien qu'une station de mesure néo-zélandaise n'est relevé aucune modification dans ses mesures, il se trouve que celles situées en Amérique du nord et au Groenland ont mesuré elles aussi une présence plus importante d'éthane depuis 2009.

L'année 2009 correspondant à une exploitation importante du gaz de schiste aux Etats-Unis, les chercheurs viennent alors confirmer des craintes déjà évoquées par la presse scientifique : l'existence de fuites de gaz lors des extractions effectuées dans les 1.592 puits recensés aux Etats-Unis.