Archéologie : des monnaies de l'Empire romain découvertes au Japon

  • A
  • A
Archéologie : des monnaies de l'Empire romain découvertes au Japon
Les archéologues ont d'abord pensé qu'il s'agissait de "pièces d'un cent tombées des poches de soldats américains".@ JIJI PRESS / AFP
Partagez sur :

Ces pièces, pourvues de lettres latines et de la représentation de l'empereur Constantin, seraient issues du commerce régional avec la Chine.

Des archéologues japonais ont annoncé mercredi la découverte pour la première fois au Japon de monnaies de l'Empire romain dans les ruines d'un château de l'île subtropicale d'Okinawa, à une dizaine de milliers de kilomètres de Rome.

La surprise des archéologues. "J'ai tout d'abord pensé qu'il s'agissait de pièces d'un cent tombées des poches de soldats américains", a déclaré l'archéologue Hiroki Miyagi dans une allusion aux bases militaires américaines d'Okinawa. "Mais après les avoir rincées à l'eau, j'ai eu un choc : elles étaient beaucoup plus anciennes". Une équipe de chercheurs travaille depuis trois ans sur le site du château de Katsuren. Construit à la fin du 13e siècle et au début du 14e, abandonné 200 ans plus tard, il figure depuis 2013 sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. 

Un soldat muni d'une lance. Un examen aux rayons X des pièces, d'environ la taille de celles de dix centimes d'euro, a fait apparaître des lettres latines et ce qui semblait être le visage de l'empereur Constantin 1er et un soldat muni d'une lance. Beaucoup d'autres dataient de l'Empire Ottoman au 17e siècle. Les chercheurs sont restés perplexes sur la façon dont ces objets sont parvenus jusque sur cette île lointaine du sud de l'archipel nippon. 

Des pièces en provenance de Chine ? Le château était la résidence d'un seigneur féodal dont la richesse provenait du commerce régional. "Les marchands de l'Asie de l'Est aux 14e et 15e siècles utilisaient des monnaies chinoises rondes percées en leur milieu d'un carré et il est improbable que des monnaies occidentales aient été utilisées comme moyen de paiement", a souligné Hiroki Miyagi, qui enseigne également à l'Université internationale d'Okinawa. "Je pense qu'ils ont dû obtenir ces monnaies dans le sud-est de la Chine".