Pollution à Paris : des mesures de restriction dès 2015

  • A
  • A
Pollution à Paris : des mesures de restriction dès 2015
@ REUTERS
Partagez sur :

Un plan contre la pollution de l'air dans la capitale sera présenté début 2015 par la mairie. 

Après la publication d'une étude choc lundi révélant que la pollution à Paris était aussi nocive que le tabagisme passif, la mairie de Paris semble déterminée à agir. "Les données recueillies par le ballon de Paris viennent confirmer la gravité de la situation. Elles constituent un élément supplémentaire qui rend légitime une action forte", indique au Monde Christophe Najdovski, l’adjoint EELV du maire de Paris en charge des transports.

Un plan contre la pollution de l'air dans la capitale sera présenté début 2015 par la municipalité. Ce plan est "en cours de discussion avec les professionnels : transporteurs de marchandises, autocaristes... mais aussi les élus de la métropole, ainsi que l'Etat sur les aspects identification et contrôle des véhicules", a précisé Christophe Najdovski.

>>> Quelles sont les pistes aujourd'hui à l'étude pour un air de meilleure qualité dans la capitale ?

DES ZONES À FAIBLES ÉMISSIONS

Des premières mesures restreignant de manière permanente l'accès à Paris des véhicules les plus polluants seront mises en place en 2015, a assuré lundi Christophe Najdovski, ajoutant que la ville "veut quelque chose de progressif et concerté".

Concrètement, l'idée est de créer des zones à circulation restreinte, dites "zones à faibles émissions", qui seraient interdites aux véhicules les plus polluants et notamment aux moteurs diesels, l’une des principales sources de particules fines.

Ni les critères d'accès à ces futures zones ni même leur emplacement ne sont encore dévoilés. L'élu EELV Christophe Najdovski a précisé que le périmètre de cette zone à faibles émissions était encore à l'état à la réflexion mais a laissé entendre qu'elle ne se limiterait pas à Paris. "Agir à l'échelle d'un hypercentre n'aura que peu d'effet. L'idéal serait qu'on puisse agir sur un territoire à l'intérieur de l'A86 (non comprise), soit Paris et une bonne partie de la petite couronne", a souligné l'élu.

DÉVELOPPER DES ALTERNATIVES A LA VOITURE

Moins ambitieux, le plan vise aussi à développer les alternatives à la voiture (covoiturage, extension du tram, lignes de bus électriques à haut niveau de service...). "Mais on sait très bien que les incitations ne suffisent pas", conclut Christophe Najdovski.