L'exosquelette, une canne 2.0 pour prévenir les chutes des personnes âgées

  • A
  • A
L'exosquelette, une canne 2.0 pour prévenir les chutes des personnes âgées
Un athlète utilise un exosquelette lors de l'édition 2016 du Cybathlon (Zurich)@ Michael Buholzer / AFP
Partagez sur :

La revue "Nature Scientific Reports" parue jeudi évoque l'élaboration d'une canne ultramoderne aux allures d'exosquelette. 

Et si les cannes en bois et déambulateurs étaient devenus obsolètes ? Nature Scientific Reports a publié jeudi un article annonçant la mise au point d'un harnais robotisé conçu pour permettre aux personnes âgées de garder leur équilibre. 

Un harnais ultramoderne doté de moteurs. L'exosquelette pensé par l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et l'École supérieure Saint-Anne de Pise répond au besoin de faciliter la vie des seniors. 

L'appareil en question revêt la forme d'un harnais, comparable à ceux utilisés par les amateurs d'escalade. Lourd d'environ cinq kilos, il présente la particularité d'être capable de détecter les mouvements de la personne l'utilisant en temps réel. Ainsi, si des mouvements anormaux sont détectés, les moteurs se mettent automatiquement en marche et compensent la vacillation en agissant sur les cuisses pour que l'utilisateur retrouve son équilibre.

Les chutes, une cause de mortalité sous-estimée. Selon un rapport de l'OMS datant de 2016, les chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans, devant toutes les autres pathologies liées au vieillissement. L'année dernière, ce sont près de 9.000 personnes âgées qui ont perdu la vie en tombant.

D'après Le Figaro, le risque de chute augmente avec l'âge. S'il est de seulement 35 % chez les individus de 65 à 79 ans, il est de 55 % chez les plus de 90 ans. Pour la Haute Autorité de Santé (HAS), le vieillissement des populations impose des études centrées autour de la thématique du "mieux vieillir".

Tout en étant utile, l'exosquelette imaginé par les chercheurs suisses et italiens se veut esthétique et sobre. Dans un communiqué publié l'année dernière, des scientifiques de l'EPFL confiaient que la recherche aurait désormais pour but de "rendre l'exosquelette plus discret et portatif pour le monde extérieur". Cela concernerait les personnes âgées, mais aussi plus généralement tous les individus atteints de troubles de la marche et de l'équilibre.