États-Unis : la majorité des groupes de baleines à bosse n'est plus en danger d'extinction

  • A
  • A
États-Unis : la majorité des groupes de baleines à bosse n'est plus en danger d'extinction
La plupart des baleines à bosse ne sont plus menacées d'extinction@ AFP
Partagez sur :

La majorité des baleines à bosse ne fait désormais plus partie des espèces en danger d'extinction.

La majorité des populations de baleines à bosse ont été retirées de la liste des espèces en danger d'extinction, où elles avaient été inscrites il y a près d'un demi-siècle lorsque leur nombre avait atteint un niveau historiquement bas du fait de la chasse.

Seulement quatre populations sont encore en danger. Ce statut, attribué aux termes de la loi sur les animaux en danger, ne se justifie plus pour neuf des quatorze populations de ces cétacés existant dans le monde, a décidé l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Néanmoins, quatre populations restent considérées en danger de disparition et, enfin, une a été reclassée dans la liste des animaux menacés. 

"Cette décision marque un véritable succès écologique", a souligné Eileen Sobeck, administratrice adjointe du service de la pêche de la NOAA, dans un communiqué. "Les baleines, dont celles à bosse, jouent un rôle important dans notre écosystème marin", a-t-elle ajouté, précisant qu'avoir suivi ces populations de manière indépendante "a permis à la NOAA d'adapter ses approches de protection selon les besoins de chacune d'entre elles". Ainsi, ses services ont oeuvré au niveau national et international pour identifier et mettre en place des protections pour ces mammifères marins.

Une population sauvegardée. La chasse commerciale aux cétacés avait fortement réduit le nombre des baleines à bosse, faisant chuter leurs populations à des niveaux très bas dans les années 1960 ce qui a conduit les États-Unis à placer ces animaux sous la protection de leur loi sur les espèces en danger d'extinction en 1970. En 2015, la NOAA avait proposé de retirer dix de ces quatorze populations de la liste des espèces en danger et ouvert une période de consultation publique avant de finaliser sa décision.