Les dangers méconnus du paracétamol

  • A
  • A
Les dangers méconnus du paracétamol
@ AFP
Partagez sur :

EFFETS SECONDAIRES - Une étude met en garde contre la surconsommation de paracétamol. 

Nous l'avons tous dans nos placards, sous le nom de Doliprane, Efferalgan ou encore Dafalgan. Malgré son apparente banalité, le paracétamol n’est pas dépourvu d’effets indésirables. Une étude publiée mardi pointe de nouveau du doigt les risques de cette molécule, qui est pourtant toujours délivrée sans ordonnance.

Le risque d’infarctus et d’ulcère multiplié. En dehors d'une éventuelle toxicité pour le foie à haute dose qui était déjà connue, cette étude démontre pour la première fois les effets secondaires du paracétamol. En effet, selon la revue scientifique Annals of the rheumatic diseases, la prise de  paracétamol augmenterait de 20% le risque de maladies cardiovasculaires. Autrement dit, si vous prenez trop de paracétamol, vous aurez plus de risques d’avoir un infarctus ou un accident vasculaire-cérébral (AVC). Les chercheurs ont également mis en évidence un risque digestif plus important, notamment d'ulcère.  

Doliprane

© MYCHELE DANIAU / AFP

Attention à la surconsommation. Si vous en prenez une fois de temps en temps pour un simple mal de tête, vous ne serez pas concerné par ces effets secondaires. En revanche, ceux qui en absorbent tous les jours et à forte dose (3 comprimés de Doliprane 1000 par jour, ou 6 d'Efferalgan 500 par exemple) pendant plus de deux semaines s’exposent à des risques plus importants.

Eviter de l’associer à d’autres médicaments. François Chast, chef du service de pharmacie clinique l'hôpital Cochin-Hôtel Dieu, demande aux patients plus de prudence avec ce médicament. "Le paracétamol, ça va pour des traitements de courte durée", explique-t-il. "Mais dès qu’on va dépasser une semaine, quinze jours, il faut être prudent et surtout éviter les comportements qui sont de nature à renforcer les risques. Il faudra par exemple éviter de prendre d’autres médicaments antidouleur ou anti-inflammatoires ou encore pire, l’alcool", recommande le médecin. 

Le mélange avec l’alcool est vivement déconseillé. Peu de gens le savent mais le paracétamol est en effet déconseillé avec l'alcool. Le mélange paracétamol-alcool est doublement toxique pour le foie. Donc oubliez le petit comprimé avant de vous coucher pour éviter la gueule de bois le lendemain. 

>> LIRE AUSSI - Le prix du paracétamol va baisser mais que de 1 centime