Comment éviter "la crise de foie" après les fêtes ?

  • A
  • A
Partagez sur :

A l'approche du réveillon de Noël, le docteur Gérald Kierziek et le nutritionniste Jean-Michel Cohen nous expliquent comment éviter ce qu'on appelle la "crise de foie".

Le réveillon de Noël, c'est jeudi et vous redoutez peut-être la "crise de foie" du lendemain. Problème, "la crise de foie" ça n'existe pas ! Sur Europe 1 mardi matin, accompagné du nutritionniste Jean-Michel Cohen, le médecin urgentiste Gérald Kirziek nous explique que c'est un ensemble de symptômes qui n'ont en réalité rien à voir avec le foie.

Qu'appelle-t-on "crise de foie"? On a tous eu une espèce d'inconfort gastrique, parfois des douleurs en bas à droite des côtes, après avoir trop mangé. Gérald Kirzek explique que ce sont en fait des douleurs au niveau de l'hypocondre droit, situé prés du foie d'où la confusion."Le foie est là, mais il n'y a pas que le foie. Il y a aussi la vésicule biliaire et souvent quand on a trop mangé, on va solliciter cette vésicule, car elle excrète de la bile pour faciliter la digestion", indique le médecin. Mais cela peut aussi venir d'une gastro-entérite, une intoxication alimentaire ou d'une gueule de bois : "Quand on parle de gueule de bois ou de veisalgie, le terme médical, et bien ça peut-être des symptômes dyspepsiques, c'est-à-dire de l’embarras gastrique, toute cette difficulté à digérer". Le foie peut être atteint lorsqu'on a une hépatite, mais cela "n'a rien voir" avec le fait d'avoir trop mangé pendant les fête, souligne-t-il : "Cela vient d'une infection ou d'une alcoolisation aiguë".

Faut-il se mettre à la diète?  Pour Jean-Michel Cohen, il faut avoir "une alimentation saine mais pas restrictive" dans les jours qui précèdent : "J'entends par là que les petits-déjeuners ne doivent pas du tout être modifiés, mais les repas du midi et du soir doivent être plus sains que le reste de l'année", insiste le nutritionniste. Un repas sain, c'est tout d'abord un repas avec "avec suffisamment de végétaux" : "Ça cale l’appétit, ça apporte des fibres et permet de réguler un peu le cholestérol avant les fêtes". Il faut également prendre des viandes et des protéines, mais cuisiner "sans matières grasses". Enfin selon Jean-Michel Cohen, il faut limiter les féculents à un repas sur deux : "On les réserve le soir, parce que les féculents contiennent du tryptophane qui permet d'apaiser". On peut éventuellement faire une diète après le réveillon mais surtout pas avant parce que "cela aiguise l'appétit". "Plus vous amplifiez la frustration avant d'avoir accès à des aliments goûteux, plus vous allez développer la capacité à manger plus que ce qu'il faudrait", prévient le Dr Cohen.

Gérald Kirziek explique encore qu'il faut apprendre à "gérer son repas". "Ca veut dire commencer à remplir un peu son estomac vers 18h, pour éviter de se ruer sur la nourriture vers 20h", indique-t-il recommandant "une tisane ou un fruit". Il faut également tapisser son estomac avec quelque chose de gras avant de commencer à boire, "pour limiter l’absorption". Enfin, "on est pas obligé non plus de se resservir", souligne le médecin. "Globalement, ce sont des mesures de bon sens", conclut-il.