Casques et écouteurs : les jeunes en ont un usage de plus en plus dangeureux

  • A
  • A
Casques et écouteurs : les jeunes en ont un usage de plus en plus dangeureux
25% des 15-19 ans utilisent des écouteurs ou un casque audio de manière intensive et répétée. @ STR / AFP
94 partages

ON COUPE LE SON - Selon le dernier baromètre de l'InVS, 25% des 15-19 ans ont un usage dangereux des casques ou des écouteurs. 

Ils sont absolument partout. Dans la rue, dans le métro, au café et même au travail. Vous n'avez pas pu les loupés ? Qui ça ? Les casques audio. Vissés sur les oreilles des jeunes et des moins jeunes, les écouteurs ont envahi notre quotidien. Mais, car il y a un mais, leur usage intensif est en train de martyriser les tympans de ceux qui les portent. Selon le dernier baromètre de l'Institut de veille sanitaire (InVS), un adolescent sur quatre utilise ces casques de manière trop intensive.

Trois fois plus d’accrocs aux casques en sept ans. La part des jeunes de 18 à 35 ans ayant un usage fréquent et intensif d’écoute de musique amplifiée avec un casque ou des écouteurs a en effet été multipliée par trois, passant de 4 % en 2007 à 13 % en 2014. Pire, ce comportement dangereux atteint les 25% chez les 15-19 ans, selon une enquête effectuée dans le cadre du baromètre santé 2014.  

Quels risques pour l'audition ? Alors que s'ouvre la 13e édition de la semaine du son, il est important de rappeler que l'exposition à des volumes sonores de manière intensive et répétée peut engendrer des troubles de l'audition. "Le risque, c'est d'accélérer le vieillissement auditif, c'est-à-dire la presbyacousie", prévient l'audioprothésiste Jean-Louis Horvilleur à Pourquoi Docteur. "Chez les plus sensibles, si le son est vraiment très, très fort, cela peut aller très, très vite. Mais au final, tous vont perdre un certain nombre d'années de bien-être auditif". 

"Quand l'ouïe est perdue, elle ne revient pas". Les casques et les écouteurs peuvent donc carrément réduire votre "bonne" audition sur la durée."Avec le pire des scénarios, cela peut aller jusqu'à une vingtaine d'années de perdues, avec par exemple des personnes qui auront des troubles de l'audition vers 50 ans au lieu de 70 ans", explique Jean-Louis Horvilleur à Pourquoi Docteur. Des propos corroborés par le docteur Shelley Chahda dans les colonnes du Monde : "quand l'ouïe est perdue, elle ne revient pas".