"Vous êtes la mort et le néant" : le violent SMS de Jean-Luc Mélenchon à Pierre Laurent

  • A
  • A
"Vous êtes la mort et le néant" : le violent SMS de Jean-Luc Mélenchon à Pierre Laurent
Jean-Luc Mélenchon (à gauche) a envoyé un virulent SMS avant d'officialiser la rupture politique avec le leader communiste Pierre Laurent (à droite)@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Le Canard enchaîné a révélé le SMS rageur que Jean-Luc Mélenchon a envoyé au secrétaire général du PCF peu avant leur rupture politique. 

Des mots durs du leader de la France insoumise. Jean-Luc Mélenchon a envoyé le 4 mai dernier un SMS particulièrement virulent à Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste (PCF), quelques jours avant l'officialisation de la rupture politique entre les deux formations pour les élections législatives, a révélé le Canard enchaîné

"10 mois pour me soutenir, 10 minutes pour soutenir Macron". Jean-Luc Mélenchon ne mâche pas ses mots. Ainsi, il écrit : "Vous créez la confusion dans tout le pays en vous appropriant mon portrait et mon nom sans parler du logo front de gauche ! Bravo 'l'identité communiste'. Tout ça après des mois d' injures et de manœuvres pouf (sic) saboter ma campagne. Et vous recommencez ! Vous êtes la mort et le néant. 10 mois pour me 'soutenir', 10 minutes pour soutenir Macron. Sans oublier les accords que vous ne respectez pas. J'en ai assez. Je vais donc annoncer notre rupture politique dès mon retour à Paris. Et je vais dire pourquoi."

Pierre Laurent "abasourdi". Les relations entre les deux leaders de gauche n'ont jamais été très bonnes. Interrogé par L'Obs, un proche de Pierre Laurent explique que le secrétaire national du PCF a été "abasourdi" par la révélation de l'hebdomadaire, assurant que la fuite ne venait pas du parti. Mais plutôt d'un des militants communistes qui avaient contacté la France insoumise pour discuter des législatives, choqué par le SMS de Jean-Luc Mélenchon, avance l'Obs. "Soucieux de ne rien faire qui prévienne un accord possible entre France Insoumise et le PCF", Olivier Gebuhrer l'a d'abord gardé pour lui. Mais il a fini par expliquer les raisons de sa "colère" sur Facebook.