Volkswagen : des "tests aléatoires" dès la semaine prochaine, annonce Royal

  • A
  • A
Partagez sur :

La ministre de l'Ecologie a jugé "intolérable" la fraude de Volkswagen aux contrôles antipollution, vendredi sur Europe 1.

INTERVIEW

Invitée de Jean-Pierre Elkabbach, vendredi sur Europe 1, Ségolène Royal a indiqué que les tests aléatoires qu'elle a annoncés jeudi à la suite du scandale Volkswagen allaient débuter "la semaine prochaine". "On va choisir 100 voitures au tirage au sort, à partir des plaques d'immatriculation. Une commission indépendante va être mise en place pour suivre les évaluations. Les constructeurs en sont d'accord puisqu'ils ont intérêt à faire la transparence", a expliqué la ministre de l'Ecologie.

Les constructeurs français, "je les crois". "Cette fraude est tout simplement intolérable", s'est indignée Ségolène Royal à propos de la tricherie de Volkswagen. "C'est un appât du gain inadmissible de gens qui en plus font des publicités sur leur côté sérieux". La ministre a confiance en la bonne foi des constructeurs français. "Il faut qu'ils prouvent qu'aucun dispositif de fraude n'équipe leurs moteurs. Moi je les crois, parce que je leur ai posé certaines questions, et il n'y a pas de raison, parce qu'un constructeur allemand a triché, que ça porte préjudice à tous nos industriels et que ça fragilise l'emploi en France".

Interdire le diesel, "ce n'est pas sérieux". Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts, a réclamé mercredi une interdiction du diesel en France d'ici 2025. Pour Ségolène Royal, "ce n'est pas sérieux. On ne peut pas traiter des problèmes de cette gravité-là en lançant des slogans idéologiques aux dépens des intérêts français". Toutefois, "il ne faut plus avantager le diesel, c'est évident", a concédé la ministre, qui souhaite "investir massivement dans la voiture électrique".

Un plan pour la qualité de l'air. Ségolène Royal a aussi fait la promotion de sa future "action globale pour améliorer la qualité de l'air, qui sera présentée au Conseil des ministres de mercredi prochain". La ministre de l'Ecologie a vanté "une simplification des procédures". "Les maires pourront à la fois faire des zones à circulation réduite et en même temps demander au préfet de prononcer une limitation de la circulation, en tenant compte des certificats de la qualité de l'air", a détaillé Ségolène Royal. "Ça va s'appliquer dans quelques semaines", a-t-elle précisé.

>> L'interview en intégralité :