Valls prévient que les "efforts" dureront "des années"

  • A
  • A
Valls prévient que les "efforts" dureront "des années"
@ AFP/LIONEL BONAVENTURE
Partagez sur :

PÉRIODE DE VACHES MAIGRES - Le Premier ministre a été élu "homme de l'année" par un journal espagnol. Ce qui ne l'a pas empêché d'annoncer une mauvaise nouvelle.

L'INFO. "L'homme de l'année", c'est Manuel Valls… mais selon la presse espagnole. Le Premier ministre a accordé une longue interview au journal conservateur espagnol El Mundo, qui lui a octroyé cette distinction. L'occasion pour lui d'avertir les Français que les sacrifices pour redresser le pays devront continuer pendant des années.

>> LIRE AUSSI - Nantes et Dijon : Valls appelle à la "vigilance"

"Nous devons faire des efforts pendant des années". "L'Espagnol qui veut changer la France" - c'est ainsi qu'il est décrit dans la presse espagnole - a cru bon tenir un langage de vérité à ses compatriotes, alors même qu'une difficile année électorales se profile pour son gouvernement. "Je ne veux pas dire aux Français que d'ici deux à trois ans nous en aurons fini avec les sacrifices. (…) Nous devons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace, avec moins de coûts et moins d'impôts", a-t-il assuré dans cet entretien de trois pages, avant d'estimer que les Français ont compris la nécessité des réformes : "les Français en général sont en avance sur leurs dirigeants politiques, en ce qui concerne les réformes, les changements et leur disposition à l'effort".

>> LIRE AUSSI - Macron a-t-il ringardisé Valls ?

Candidat en 2017 ? "Non". Quant à l'élection présidentielle de 2017 - qui trotte déjà dans la tête de François Hollande -, Manuel Valls assure qu'il ne se voit pas sur la ligne de départ : "Non. De plus, comme Premier ministre je ne peux pas parler de ça (...) Si les Français qui me font confiance parce que je travaille comme Premier ministre, voient dans El Mundo que je parle d'une autre mission, ils me retireront leur confiance".

>> LIRE AUSSI - Valls s'est-il "hollandisé" ?