Valls : "je suis socialiste, mais..."

  • A
  • A
Valls : "je suis socialiste, mais..."
@ REUTERS
Partagez sur :

"Parce que nous gouvernons, il faut changer", a affirmé le Premier ministre jeudi, balayant la question des "étiquettes qui n'intéressent personne".

Il avait refusé de lâcher le mot dans son interview à L'Obs publiée mercredi, préférant qualifier sa ligne politique de "pragmatique, réformiste et républicaine". Mais, pressé de questions sur BFMTV jeudi, Manuel Valls a fini par lâcher : "je suis socialiste". "Je suis socialiste, je suis membre du Parti socialiste depuis 1980, depuis l'âge de 18 ans, c'est mon engagement politique", a rappelé le Premier ministre, ajoutant : "je me disais déjà, très jeune, social-démocrate".

"Il faut changer". Mais pour lui, cette question "n'a aucun intérêt". "Ce sont des débats, des étiquettes qui n'intéressent personne", a-t-il martelé". "Ce qui m'intéresse, c'est l'efficacité". Manuel Valls a par ailleurs réitéré son appel à une évolution du PS. "Parce que nous gouvernons, c'est difficile de changer, je pense au Parti socialiste, je pense à la gauche, mais en même temps parce que nous gouvernons, il faut changer", a exhorté celui qui, dans L'Obs, affirme vouloir "en finir avec la gauche passéiste".



Manuel Valls se dit ouvert a un changement de nom du PS. Une prise de position qualifiée de "faute" par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone. "Une faute parce qu'on participe à un débat ?", a rétorqué le Premier ministre jeudi.

>> LIRE AUSSI - Changer le nom du PS ? "Pourquoi pas" dit Valls

Il ne veut pas de VIe République. En revanche, s'il existe quelque chose que Manuel Valls ne souhaite pas changer, c'est la Ve République. "Je ne me retrouve pas dans ceux et celles qui proposent de changer nos institutions, le vieux débat du passage à la VIe République, d'enlever des pouvoirs du président de la République, alors que les Français pensent au contraire que c'est la véritable élection qui leur permet de choisir le destin du pays", a-t-il affirmé. De même, Manuel Valls n'est pas favorable à la suppression du poste de Premier ministre, que propose notamment Claude Bartolone. Et "il n'y a aucun corporatisme dans cette affaire-là", a-t-il ironisé.

>> LIRE AUSSI - Le coup d’Etat de Bartolone