Valls admet un "bouleversement" du paysage politique

  • A
  • A
Valls admet un "bouleversement" du paysage politique
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

RÉACTION - Le Premier ministre a reconnu la défaite du PS au soir du second tour des départementales 2015, dimanche 29 mars.

"Ce soir, la droite républicaine remporte les élections départementales, c'est incontestable", a déclaré dimanche le Premier ministre Manuel Valls, au soir du second tour des élections départementales 2015. Un scrutin marqué par la large victoire de l’UMP, la déroute du PS et la percée du FN, même si ce dernier n'a remporté aucun département. "La gauche, trop dispersée, trop divisée au premier tour, connaît un net recul malgré les bons bilans des exécutifs départementaux", a déclaré le chef du gouvernement.

Manuel Valls a reconnu un "bouleversement durable de notre paysage politique dont chacun devra tirer les leçons", marqué par les "scores très élevés, beaucoup trop élevés pour l'extrême droite (qui) restent un défi pour tous les républicains", tandis que "la gauche, trop dispersée, connaît un net recul". "Il n'y a rien de bon à entendre de l'extrême droite, ni localement, ni au niveau national. Les Français, par leur vote et même par leur abstention, ont dit leurs attentes, leurs exigences, leur colère, leur fatigue face à une vie quotidienne trop difficile, le chômage, la vie trop chère, etc.", a-t-il ajouté.

"J'ai entendu ce message, leur exigence de résultats concrets. Mon gouvernement continuera d'y répondre sans relâche", a-t-il assuré. Et le Premier ministre d'ajouter : "notre gouvernement redoublera d'énergie, avec comme priorité l'emploi, l'emploi, l'emploi", notamment par le biais de nouvelles mesures. Manuel Valls a également souligné que "les baisses d'impôts concerneront cette année 9 millions de ménages, les Français en sentiront les effets concrets dès le mois de septembre".



>> LIRE AUSSI – Élections départementales 2015 : les infos du second tour

>> LIRE AUSSI - Départementales 2015 : découvrez tous les résultats

>> LIRE AUSSI - Quel est le quotidien d’un conseiller départemental ?