Une salle de prière au Conseil régional, à Nantes, quand Fillon y siégeait

  • A
  • A
Une salle de prière au Conseil régional, à Nantes, quand Fillon y siégeait
Un membre de l'équipe de Jacques Auxiette, président PS du Conseil régional (2004-2015), a confirmé la découverte de ce bureau en 2004.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Un bureau du Conseil régional des Pays de la Loire était aménagé en salle de prière, à l'époque où François Fillon y siégeait, affirme "Le Canard Enchaîné" mercredi.

Un bureau du Conseil régional des Pays de la Loire était aménagé en salle de prière à l'époque où François Fillon siégeait dans l'exécutif de la région (1998-2004), affirme Le Canard enchaîné dans son édition de mercredi. 

"Un crucifix, un prie-Dieu et des images pieuses". Selon l'hebdomadaire, les socialistes, quand ils ont remporté les élections régionales en 2004, ont découvert à l'étage du cabinet du président "un bureau aménagé en chapelle" avec "un crucifix, un prie-Dieu et des images pieuses". François Fillon était alors premier vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire après en avoir été président de 1998 à 2002, date à laquelle il était entré au gouvernement Raffarin. 

Un membre de l'équipe de Jacques Auxiette, président PS du Conseil régional (2004-2015), a confirmé la découverte de ce bureau, "surnommé depuis la chapelle", lorsque les socialistes sont arrivés au pouvoir dans la région. Mais il ne sait pas quand cette "chapelle" avait été installée. François Fillon, et encore davantage l'actuel président du Conseil régional Bruno Retailleau, ont les faveurs de la mouvance catholique traditionaliste.

Un proche de Fillon dément. Mercredi, le premier vice-président LR des Pays de la Loire, François Pinte, a démenti auprès de l'AFP l'existence d'un bureau pour prier au Conseil régional à Nantes, à l'époque où le candidat LR à la présidentielle y siégeait. François Pinte a ainsi assuré qu' "Olivier Guichard avait autorisé un lieu de recueillement" dans l'enceinte du conseil "dix ans plus tôt, mais ça n'a duré que six mois, entre 1986 et 1988".