Une députée LREM interpelle Collomb sous les applaudissements de la France Insoumise

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Mardi, une députée LREM de la Manche, Sonia Krimi, a vivement interpellé Gérard Collomb sur sa future réforme du droit s'asile et de l'immigration. Preuve que le sujet met la majorité mal à l'aise.

À l'Assemblée nationale, les séances de questions au gouvernement se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Alors que les députés de toutes les majorités ont plutôt l'habitude de prendre la parole pour permettre à leur gouvernement de se mettre en valeur, rares sont ceux qui l'interpellent avec autant de vigueur que ne l'a fait Sonia Krimi mardi après-midi. Cette élue LREM de la Manche a provoqué la consternation de Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, auquel elle adressait une question sur la politique de l'asile et de l'immigration, et les applaudissements de la France Insoumise. Une scène, isolée par LCP, loin d'être anodine dans le paysage politique actuel, où les députés LREM se montrent en général très disciplinés.



De la rétention à la détention. Alors que l'exécutif prépare un projet de loi sur le droit d'asile et l'immigration, Sonia Krimi n'a pas mâché ses mots. "Tous les étrangers de France ne sont pas des terroristes, tous les étrangers de France ne sont pas d'indélicats fraudeurs aux aides sociales", a lancé celle qui dispose de la double nationalité franco-tunisienne. "Dire le contraire, c'est jouer avec les peurs. Vous le savez, les caricatures simplistes et cyniques apparaissent rapidement dans le débat public." Et l'élue de souligner que les discours d'Emmanuel Macron, qui s'était montré pendant sa campagne et au début de son quinquennat très ouvert à l'accueil des réfugiés, semblent désormais contredis par les actes. "Les centres de rétention deviennent des centres de détention et sont indignes de notre République", a-t-elle déclaré. "Le traitement du séjour irrégulier en France est devenu une angoisse pour les étrangers, les associations, les forces de police, les préfectures et les avocats."

"Des questions extrêmement sensibles". Cette sortie a suscité l’admiration de son collègue, Guillaume Chiche, pour qui "la députée de La République en marche! a été très applaudie parce qu'elle met précisément le doigt sur un enjeu de société". Et le chef de file des socialistes, Olivier Faure, en a rajouté une couche en allant même la féliciter devant les caméras. "N'ayez pas honte de ce gouvernement, et ne les laissez pas vous conduire là où vous en voulez pas aller", lui a-t-il lancé à la sortie de l'hémicycle. Pour le patron des députés Modem, Marc Fesneau, l'attitude de Sonia Krimi est légitime : "Qu'il puisse y avoir des débats sur des questions extrêmement sensibles est normal. L'immigration est un sujet qu'il faut traiter avec pondération, humanité et réalisme. C’est normal que cela interroge", explique-t-il auprès d'Europe 1.

La majorité s'inquiète. Sonia Krimi a demandé à Gérard Collomb de détailler sa réforme, espérant qu'elle soit "juste" et "équilibrée". Les premières pistes de réforme dévoilées dans la presse font état d'un doublement possible de la durée maximale de rétention des étrangers en attente d'expulsion, pour la porter à 90 jours. Mais aussi de l'intégration de la notion de "pays tiers sûr", désignant un État hors de l'Union européenne dans lequel les migrants, s'ils y ont été en transit, pourraient être renvoyés. Autant de dispositions qui, si elles se confirmaient, orienteraient la politique migratoire du quinquennat vers plus de dureté.

Jusqu'ici, les associations et le Défenseur des droits, Jacques Toubon, s'étaient émus de nombreuses fois d'une politique trop répressive. L'interpellation de Sonia Krimi prouve que le débat commence aussi à agiter la majorité.