Malgré les divergences, Trump et Macron s’affichent en "amis"

  • A
  • A
Malgré les divergences, Trump et Macron s’affichent en "amis"
Donald Trump et Emmanuel Macron ont évoqué plusieurs sujets sensibles à l'Élysée, comme l'accord de Paris ou le dossier syrien.
Partagez sur :

Le président américain, arrivé jeudi matin à Paris, s'est entretenu avec Emmanuel Macron à l'Élysée, après une courte visite des Invalides. Vendredi, il assistera au défilé du 14-Juillet.

L'ESSENTIEL

Le président américain Donald Trump est arrivé jeudi à Paris pour une visite de deux jours, à l'occasion du centenaire de l'entrée de l'armée américaine dans la Première Guerre mondiale. Il a atterri peu après 8h30 dans la capitale française à bord de l'avion présidentiel, Air Force One.  En fin de journée, les deux hommes ont donné une conférence de presse commune depuis l'Élysée. L'occasion d'afficher une entente presque parfaite et d'exprimer leur détermination à travailler ensemble sur tous les sujets, mettant en sourdine leur principal désaccord sur le climat.

LES INFOS A RETENIR

  • Les couples Macron et Trump ont visité les Invalides, jeudi après-midi

  • Les deux hommes, après s'être entretenus à l'Élysée, ont mis en avant leurs convergences et la "relation forte" qui lie les deux pays

  • Vendredi, le président américain assistera au défilé du 14-juillet

Beaucoup de convergences. Lors d'une conférence de presse commune à l'Élysée, les deux dirigeants ont multiplié les amabilités, Donald Trump affirmant les "liens indestructibles" avec la France, Emmanuel Macron évoquant la "détermination" des deux pays à "travailler ensemble" et qualifiant son homologue d'"ami". Les deux hommes, qui se sont entretenus en tête-à-tête puis avec leurs délégations, ont avant tout abordé leur thème jugé prioritaire, la lutte contre le terrorisme. "Nos vues sont parfaitement alignées pour éradiquer les terroristes", a déclaré le président français. "La France a une excellente capacité en matière de contre-terrorisme", s'est réjoui Donald Trump.

Concernant l'Irak et la Syrie, où la France est le deuxième contributeur de la coalition anti-djihadiste menée par les États-Unis, Emmanuel Macron a dit que les deux pays souhaitaient, au-delà de la lutte contre les groupes terroristes, travailler à une solution politique. Il a évoqué le lancement d'un nouveau "groupe de contact sur la Syrie", comprenant les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et des pays régionaux, sans plus de précision. Donald Trump a salué le cessez-le-feu récemment conclu dans le sud de la Syrie, et dit qu'il prouvait "l'utilité du dialogue" avec la Russie.

Calmer le jeu sur le climat. À propos du sujet crucial du climat, qui oppose Washington au reste du monde, les deux dirigeants ont nettement joué l'apaisement, tout en restant très flous sur les possibilités de résoudre le différend. "Je respecte la décision du président Trump. Il va ainsi mener la réflexion et le travail qui conviennent et qui correspondent à ses engagements de campagne", a ainsi déclaré Emmanuel Macron, ajoutant qu'il restait "attaché à l'accord de Paris". "Quelque chose pourrait se passer" concernant cet accord, a répondu le président Trump, six semaines après avoir annoncé que les États-Unis comptaient sortir du Traité signé en 2015. "Nous verrons ce qu'il se passe", a-t-il ajouté, très sibyllin, "nous en parlerons au cours de la période à venir".

Trump 1280

AFP


"Dîner d'amis". Jeudi soir, les deux couples présidentiels sont enfin allés partager un "dîner d'amis", selon l'expression d'Emmanuel Macron, au deuxième étage de la Tour Eiffel, dans un restaurant étoilé offrant une vue d'exception sur la Ville Lumière. 

000_QK961

© SAUL LOEB / AFP

Trump et Macron aux Invalides. Le couple Trump était arrivé jeudi matin à Paris. Une visite bienvenue pour le président américain, loin de l'atmosphère plombée de Washington où le nom de son fils est désormais cité dans le scandale de collusion présumée avec la Russie. La République française s'est mise en quatre pour accueillir le couple Trump, reçu en grande pompe jeudi après-midi à l'Hôtel National des Invalides, un bâtiment érigé au 17ème siècle pendant le règne de Louis XIV pour y accueillir les blessés de guerre. Après avoir passé les troupes et l'État-major en revue, les deux chefs d'État ont visité l'église Saint-Louis et la tombe du Maréchal Foch, avant de s'entretenir en privé à l'Élysée, de livrer une conférence de presse et de dîner à la Tour Eiffel.

Invalides

(Crédit : AFP)

Macron "s'étonne" de la polémique autour de cette visite. Emmanuel Macron s'est dit un peu plus tôt étonné que la visite de Donald Trump "suscite autant de débat et de protestations", a-t-il déclaré dans l'après-midi lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Melania Trump en visite à Necker. Dans la matinée, la First Lady s'est pour sa part rendue à l'hôpital Necker. Elle a rendu visite à des enfants en compagnie de Martin Hirsch, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris ainsi. Elle s'est ensuite rendue à Notre-Dame de Paris avec Brigitte Macron avant de faire en sa compagnie une croisière sur la Seine.

Melania-Trump-a-l-hopital-Necker

(Crédit : AFP)

Air force One à Paris. Vers 8h30, Donald Trump et son épouse Mélania avaient atterri à l'aéroport d'Orly. Ils voyageaient à bord de l'avion présidentiel : Air Force One.Le "commander in chief" et son épouse sont ensuite arrivés vers 9h30 sur les Champs-Elysées. Donald Trump s'était ensuite rendu à l'ambassade américaine de Paris pour y rencontrer les personnels civil et militaire américain de la capitale. 



Trump présent au défilé vendredi. Vendredi matin, Donald Trump sera l'invité d'honneur du traditionnel défilé du 14-Juillet, pour lequel quelque 200 militaires américains sont attendus sur les Champs-Élysées. Un dispositif de sécurité conséquent a été prévu pour l'occasion. "Tout va bien se passer parce que vous avez un super président, quelqu'un qui va bien gérer ce pays. Je suis prêt à le parier parce que je pense que c'est l'une des plus grandes, l'une des plus belles villes du monde", a assuré le président américain, répétant à loisir : "Vous avez un super leader maintenant, un super président, un président dur, qui ne se laissera pas faire par ceux qui ne respectent pas la loi, ceux qui font preuve de cette terrible violence. Alors j'ai vraiment le sentiment que Paris sera très tranquille et très beau. Et je reviendrai".