Trente-trois premiers secrétaires fédéraux du PS mettent en garde contre une "guerre de jeunes chefs"

  • A
  • A
Trente-trois premiers secrétaires fédéraux du PS mettent en garde contre une "guerre de jeunes chefs"
@ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Dans une tribune publiée sur le site de Libération, des premiers secrétaires fédéraux du Parti socialiste expliquent que la "déroute" vécue ne pourra pas se solder par "une guerre de succession entre anciens ministres".

Trente-trois premiers secrétaires fédéraux PS appellent dans une tribune publiée lundi sur le site de Libération à refonder le parti avec "humilité" et "dignité", mettant en garde contre le scénario d'une "guerre de jeunes chefs" ou d'une "Saint-Barthélémy".

"Pas de place pour le déni". "Notre parti vient de vivre deux débâcles historiques. Il n'y a pas de place ici pour le déni (...) Bien évidemment il faudra faire le bilan du quinquennat et des différentes campagnes, mais il ne faudra pas s'y perdre", écrivent les auteurs de la tribune, parmi lesquels le premier fédéral du Val-d'Oise et porte-parole du PS, Rachid Temal.

"Il ne suffira pas de chercher les causes et les responsables. Car les causes viennent de loin et les responsabilités sont collectives. Ainsi, cette déroute ne se réglera pas en sombrant dans une chasse aux boucs émissaires qui finirait de dégoûter les militants socialistes ou dans une Saint-Barthélémy généralisée qui finirait de chasser les électeurs", poursuivent-ils.

Le PS a besoin de "retrousser [ses] manches selon les fédéraux". "Nous n'avons pas besoin de pointer du doigt mais de retrousser les manches, tous ensemble. Cette déroute ne pourra pas se solder dans une guerre de succession entre anciens ministres. Le renouveau nécessaire ne pourra se résumer à une guerre de jeunes chefs qui rejoueraient la pièce de leurs aînés dans un mauvais remake", disent-ils.

"C'est d'une démarche collective, empreinte d'humilité et de responsabilité, dont la refondation a besoin", affirment ces cadres du PS.