Taubira qualifie de "déchets de la pensée" les propos de Darmanin

  • A
  • A
Taubira qualifie de "déchets de la pensée" les propos de Darmanin
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

PASSE D'ARMES - Le député-maire UMP de Tourcoing, Gérald Darmanin, avait qualifié la ministre de "tract ambulant pour le FN".

Christiane Taubira est un "tract ambulant pour le FN", dixit Gérald Darmanin ? Le député UMP de Tourcoing émet des "déchets de la pensée humaine", lui a rétorqué la garde des Sceaux mercredi, à la sortie du Conseil des ministres. 



Invité mardi de Radio Classique et LCI mardi matin, Gérard Darmanin avait accusé Christiane Taubira de faire "monter le Front national". "Si vous pensez que madame Taubira n'est pas un tract ambulant pour le Front national mis en avant par François Hollande, c'est que je pense que vous n'avez pas compris le cynisme du Parti socialiste", avait-il assuré.

"Pauvre", "pitoyable". "Lorsqu'une personne est à ce point pauvre indigente moralement, politiquement, culturellement, lorsqu'une personne est à ce point indifférente aux dégâts considérables qu'il peut produire par ses paroles qui sont des insultes, qui sont surtout des déchets même de la pensée humaine, je n'en attend rien", a répondu Christiane Taubira mercredi. "Je trouverais ça pitoyable, si j'avais de la pitié à gaspiller, ce n'est pas le cas pour ce monsieur!", a-t-elle renchéri.

Et d'insister : "Franchement, je trouverais pitoyable que malgré son jeune âge - peut-être même du fait de son jeune âge - sans doute à cause de la déliquescence de son parti, il en soit contraint à s'exprimer, à tenir des propos qui ne sont pas éclairés par l'idéal républicain qui a quand même été porté par sa famille politique pendant un temps". Visiblement remonté - et inspiré -, la ministre de la Justice a enfin fustigé des propos: "assombris par une espèce de trépidation envieuse vis-a-vis d'un parti politique qui de toutes façons est plus doué que le sien pour susciter et pour ramasser tous les mécontentements et toutes les fureurs".

Valls tacle aussi Darmanin. Mardi, la ministre avait déjà reçu le soutien de son Premier ministre, qui s'était également insurgé de la sortie du député UMP. Alors que Gérald Darmanin posait une question sur les pensions de retraite, Manuel Valls s'est emparé du micro pour rétorquer aux propos tenus le matin même par le député. "Ce n'est ni la jeunesse, ni la campagne électorale, ni le combat politique qui doivent vous permettre de tenir de tels propos et nous ne le permettrons jamais", s'est emporté le Premier ministre sous les applaudissements de la gauche.

Jacob, lui, tacle Taubira. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a quant à lui jugé mercredi "ignobles" les propos de Christian Taubira sur Gérald Darmanin. "Je trouve les propos de la garde des Sceaux ignobles, teintés de haine et de mépris. On voit que la violence est l'arme des faibles", a déclaré à l'AFP Christian Jacob, en appelant le Premier ministre Manuel Valls à "se désolidariser de ces déclarations". "Ne pas avoir d'autres arguments, ce n'est pas digne d'un ministre, ni surtout d'un garde des sceaux", a-t-il ajouté. Qui sera le prochain a dégainer ?

>> LIRE AUSSI - Affaiblie mais intouchable : le paradoxe Christiane Taubira

>> LIRE AUSSI - Taubira trop laxiste pour sept Français sur dix