Sondage : Hollande et Valls rechutent, Sarkozy boudé

  • A
  • A
Sondage : Hollande et Valls rechutent, Sarkozy boudé
@ FRANCOIS MORI/POOL AFP
Partagez sur :

REFLUX - François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 7 points de popularité en février. Nicolas Sarkozy n'est pas davantage plébiscité.

L'esprit d'union suscité par les attentats contre la France semble s'essouffler. La cote de popularité du président de la République et du Premier ministre a en effet rechuté au mois de février, à en croire un sondage Ifop (1) pour Le Journal du Dimanche et Hémisphère Public. François Hollande perd 5 points de popularité, pour recueillir 24% de satisfaits, tandis que Manuel Valls recule de 7 points pour atteindre 46% d'opinions favorables. Quand à Nicolas Sarkozy, son retour sur le devant de la scène politique ne se passe pas aussi bien qu'il l'espérait : selon un sondage BVA (2), seulement 22% des Français souhaitent qu'il soit candidat en 2017.

Hollande ConfPR AFP 1280

© AFP

Hollande séduit moins les électeurs de gauche et progresse chez les écolos. Chez les sympathisants du Parti socialiste, où il recueille 66% de satisfaits, François Hollande est en recul de 7 points par rapport à janvier. Sa baisse est sensible aussi auprès des sympathisants du Front de gauche (de 39 à 27%). Il progresse en revanche de 9 points chez les sympathisants d'Europe Ecologie/Les Verts (passant de 32 à 41% de satisfaits). Sans surprise, sa cote reste toujours très faible chez ceux de l'UDI (de 15 à 6%) et de l'UMP (de 12 à 4%).

La côte de popularité du président de la République a été au plus haut le mois de son élection, en mai 2012, avec 61% de satisfaits. Elle est passée sous la barre de 50% en septembre 2012, seuil qu'elle n'a plus refranchi depuis.

>> LIRE AUSSI - Y aura-t-il un effet "attentats" sur le quinquennat de Hollande ?

Valls Assemblée AFP 1280

© AFP

Valls recule sur tous les fronts. Le Premier ministre bénéficie d'un indice de satisfaction le plus élevé chez les sympathisants du Parti socialiste (83% en février, contre 88% en janvier). Il demeure pratiquement stable chez ceux de Europe Ecologie/Les Verts (58% en février, 60% en janvier). Il obtient un indice de satisfaction de 40 points chez les sympatisants de l'UDI (65% en janvier) et passe de 47% de satisfaits chez les sympathisants de l'UMP à 34%.

Il enregistrait un taux de satisfaction de 58% en avril 2014, lors de sa nomination au poste de Premier ministre. Il n'a cessé de reculer depuis, à l'exception de janvier 2015 où, après les attentats, sa popularité est passée à nouveau au dessus de 50% de satisfaits (53%, contre 35% en décembre 2014).

sarkozy-hortefeux

Le retour de Sarkozy convainc de moins en moins. Un autre sondage, réalisé par l'institut BVA pour Orange et iTÉLÉ, s'est penché sur le cas du président de l'UMP. Seulement 22% des Français souhaitent que Nicolas Sarkozy soit candidat en 2017, soit 11 points de moins qu'en juillet 2014 avant son retour en politique (33%). "Cette chute de 11 points, moins de six mois après l'annonce par Nicolas Sarkozy de son retour dans la vie politique, en septembre 2014, montre que ce retour au premier plan n'a pas convaincu les Français", estime BVA.

En outre, le souhait de voir le président de l'UMP se présenter en 2017 est désormais minoritaire auprès des sympathisants de la droite auprès desquels il chute à 40%, contre 62% en juillet 2014 et 67% en février 2013. Forte chute aussi du côté des sympathisants de l'UMP: en février 2013, 75% d'entre eux souhaitaient sa candidature en 2017, et ils étaient 78% en juillet 2014, mais ils ne sont plus que 57% aujourd'hui.

>> LIRE AUSSI - Sur le terrain, Sarkozy complique la vie des candidats de l'UMP

(1) L'enquête a été menée par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 12 au 21 février auprès d'un échantillon de 1.972 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).
(2) Enquête réalisée les 19 et 20 février auprès d'un échantillon de 1.076 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.