Sivens : Duflot accuse Valls d'avoir "dégradé la situation"

  • A
  • A
Sivens : Duflot accuse Valls d'avoir "dégradé la situation"
@ MaxPPP
Partagez sur :

BARRAGE DE SIVENS - L'ancienne ministre accuse Manuel Valls d'avoir "dégradé la situation",  "avec le ton martial et cette capacité à surjouer l'autorité qui le caractérisent".

L'info. Cécile Duflot tacle à nouveau Manuel Valls. Dans une tribune publiée dans Le Monde, l'ancienne ministre écologiste accuse Manuel Valls d'avoir "dégradé la situation" sur le projet de barrage controversé de Sivens, où Rémi Fraisse est mort lors d'un affrontement avec la gendarmerie.

"En septembre, le Premier ministre s'est rendu dans le Tarn pour dire "nous avons tenu bon à Sivens", avec le ton martial et cette capacité à surjouer l'autorité qui le caractérisent. Je pense que cette déclaration de Manuel Valls, alors que le rapport des experts était en cours, a dégradé la situation", déclare Cécile Duflot.

>> LIRE AUSSI -  Sivens, un nouveau Notre-Dame-des-Landes ?

"Surjouer l'autorité". "Dans une période trouble, la responsabilité c'est de porter des mots d'apaisement et de faire toute la transparence, pas de surjouer l'autorité", ajoute la députée écologiste. Après avoir été ministre du Logement du gouvernement Ayrault, elle avait refusé d'intégrer le gouvernement Valls en mars 2014.

"Personne n'est obligé de persister dans l'erreur." "Il y avait depuis plusieurs jours des incidents qui se multipliaient et des instructions d'une grande fermeté données aux forces de l'ordre", ajoute-t-elle. "Personne n'est obligé de persister dans l'erreur. Ça vaut pour le barrage, ça vaut aussi pour la politique du gouvernement", souligne Cécile Duflot, qui avait vivement dénoncé mardi la faible réaction du gouvernement après la mort de Rémi Fraisse, parlant même d'une "tache indélébile" sur le quinquennat.

>> LIRE AUSSI - La carte de France des zones à défendre (ZAD)

Dans ce même entretien, l'ancienne ministre a répété ses critiques à l'égard du Premier ministre sur la ligne politique qui est la sienne, et qu'il a exprimée avec force dans L'Obs : "Manuel Valls propose une synthèse libérale autoritaire alors que la modernité est démocratique et écologiste".