Ségolène Royal entend bien enterrer le barrage de Sivens

  • A
  • A
Ségolène Royal entend bien enterrer le barrage de Sivens
@ REUTERS
17 partages

C'EST NON - Pour la ministre de l'Ecologie, ce projet ne doit pas voir le jour. Une attitude qui tranche avec la position de Manuel Valls.

"Une erreur d'appréciation". C'est en ces termes que Ségolène Royal, invitée dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Monde/i>Télé, a parlé du barrage de Sivens, au cœur de la polémique après la mort de Rémi Fraisse. "Un tel ouvrage ne serait plus possible aujourd'hui", a-t-elle affirmé. Dans l'esprit de la ministre de l'Ecologie, la certitude est plus forte encore : le barrage de Sivens ne doit pas voir le jour.



Réunion avec les élus locaux. Il est cependant impossible pour la ministre d’assumer publiquement son point de vue, avant la réunion de concertation avec les élus locaux, qui aura lieu mardi à son ministère, mais aussi avant les rencontres prévues avec les associations de protection de l’environnement et les agriculteurs.

>> LIRE AUSSI - Barrage de Sivens : Royal pointe "une erreur d'appréciation"

Pour autant, à entendre la ministre de l'Ecologie, le projet du barrage de Sivens n'aurait jamais dû être lancé. Car au-delà des erreurs sur la pertinence du projet, Ségolène Royal affirme qu'il y a aussi eu des erreurs politiques. "Quand il y a des oppositions, parfois violentes, il faut être à l’écoute, anticiper les conséquences", estime Ségolène Royal.

>> LIRE AUSSI - Mort de Rémi Fraisse : débordements lors d'une manifestation à Paris

Critique de la méthode Valls. En creux, la numéro 3 du gouvernement fustige donc la méthode  de Manuel Valls, qui s'était rendu dans le Tarn le 9 septembre dernier pour exhorter les élus à "tenir bon" sur le barrage controversé. L’inverse de ce qu’il aurait fallu faire, à en croire Ségolène Royal. La ministre reconnaît par ailleurs que le gouvernement a manqué au devoir de compassion en restant silencieux pendant 48 heures après la mort de Rémi Fraisse.

>> LIRE AUSSI - La carte de France des zones à défendre (ZAD)